Logo Astuces-Jardin.fr
Icône de menu hamburger
Astuces-Jardin.fr, 2020

Comment faire un potager sur le toit

  1. Création de potager >
  2. Comment faire un potager sur le toit

La modernisation constante du milieu urbain conduit de plus en plus à la diminution des espaces verts. Pour remédier à cela, la meilleure solution pour allier urbanisme et nature est toute simple : rendre les toitures verdoyantes. De nombreuses écoles et entreprises ont jeté leur dévolu sur les potagers de toit, pouvant être à la fois espace naturel et source alimentaire.
La réalisation d’un tel projet doit prendre en compte un certain nombre de critères. Si vous voulez créer un potager sur le toit de votre maison à Paris ou ailleurs, suivez le guide pour savoir comment procéder.

Évaluez la pertinence de votre projet par rapport aux autres façons de faire

Avant d’entamer votre projet, prenez les bons renseignements afin de juger la pertinence et la faisabilité de votre projet. Cela passe notamment par sa comparaison avec les autres méthodes.

Les avantages du potager sur le toit

Par rapport aux autres types de potager, celui sur le toit vous offre des avantages bien spécifiques.

  • La sécurité

Le potager élevé garde vos plantes en sécurité. Elles ne seront pas attaquées par divers rongeurs qui pourraient les dévaster si elles se trouvaient au sol. Aussi, le risque de développement de champignons est considérablement réduit, les toits n’étant pas trop humides.

  • Un espace vital

S’il est intéressant de faire sa sieste dans son petit coin vert, il est encore plus agréable de le faire en étant sur son toit. Vous pouvez ainsi créer un cocon où prendre du thé tout en profitant de la vue.

  • L’isolation

Les jardins en hauteur vous procurent des ressources, mais aussi une bonne isolation en période de froid. En offrant une seconde couche à votre toit, il permet de conserver au mieux la chaleur.

Les inconvénients du potager sur le toit

Malgré ses nombreux avantages, le rooftop-garden pourrait bien vous causer quelques ennuis.

  • Le poids

Au sol, le poids de votre potager est négligeable, alors qu’en hauteur, vous êtes limité. En effet, le poids total de votre potager ne doit pas être une charge trop importante pour votre toit. Cela expose tous ceux plus bas à des risques sécuritaires majeurs.

Pour avoir une idée du poids de votre potager en hauteur, estimez les charges fixes (équipements permanents) et celles relatives (couches de neige, selon la localité). Elles prennent aussi en compte une estimation du poids total de vos futurs plants quand ils seront à maturité.

  • L’étanchéité

Si pour un potager au sol, cela ne pose pas de problème, l’étanchéité de votre toit peut être mise à mal par un jardin rooftop. En effet, des fissures peuvent apparaître et créer des fuites d’eau. Votre toit sera alors abîmé et sa réparation vous coûtera cher.

  • Le vent

Les potagers sur toit sont exposés à des vents plus forts que les jardins par terre. Cela peut poser un problème aux plants mais aussi aux passants en bas.

Contactez donc un expert si vous avez quelques doutes. Il sera en mesure de vous aider à prendre les bonnes décisions pour votre projet de culture urbaine.

Les règles sécuritaires

Avant même d’entamer votre projet, il convient de prendre les bons renseignements afin de savoir si vous pourrez effectivement le mener à terme. L’information capitale est surtout le poids total de votre potager. En effet, celui-ci ne doit pas être une charge trop importante pour votre toit. Cela expose tous ceux plus bas à des risques sécuritaires majeurs. Personne ne voudrait avoir littéralement le plafond qui lui tombe sur la tête !

Pour avoir une idée dudit poids, vous n’avez qu’à estimer les charges fixes et celles relatives. Les charges fixes concernent l’ensemble des accessoires et équipements qui seront mobilisés en permanence sur votre toit. Les charges relatives concernent par exemple la masse des couches de neige en hiver, selon votre localité. Elles prennent aussi en compte une estimation du poids total de vos futurs plants quand ils seront à maturité.

De plus, vous devrez vous renseigner sur l’étanchéité de votre toit. Nul besoin de vous rappeler que des fissures sont un risque de voir l’eau (et possiblement des racines) s’infiltrer. Cela détériorait votre toit, tout en occasionnant des dommages et donc, des dépenses.

Contactez donc un expert en argriculture si vous avez quelques doutes. Il sera à même de vous aider à prendre les bonnes décisions pour votre projet de culture urbaine.

La recherche de l’emplacement idéal pour le potager

Une fois la sécurité vérifiée, vous devrez choisir le bon emplacement sur le toit. D’abord, vous aurez certainement plus de facilité si vous optez pour un jardin de toiture sur un balcon ou une terrasse. Mais même là, vous devrez considérer l’exposition au vent qui ne doit pas être trop forte selon la hauteur de votre toit. Pour protéger vos futurs plants, installez des dispositifs de protection plutôt simples pour ne pas trahir votre ambition de verdure. Ainsi, vous pourriez opter pour une structure en toile géante avec prise au sol.

Ensuite vient le positionnement par rapport au soleil. Une plante dans un potager conventionnel est exposée en moyenne dix heures par jour. Votre potager étant supposé être installé sur le toit, vous ne devriez en principe pas avoir de problème à ce niveau. Si vous habitez dans des espaces urbains avec des immeubles tout autour plus grands que le vôtre, choisissez la place la plus longtemps ensoleillée.

Il y a aussi l’installation de votre espace de culture par rapport à un point d’eau. Vous aurez forcément besoin de suffisamment d’eau pour vous occuper de vos produits potagers. Il sera épuisant d’avoir à parcourir une trop longue distance pour en recueillir.

Effectuez la mise en place

Lorsque la sécurité est assurée, l’emplacement parfait est trouvé. Il est alors temps de procéder à l’aménagement de votre jardin selon vos envies. Quoi que vous fassiez, vous aurez nécessairement besoin de certains élements. Les tout premiers sont l’emplacement où vous mettrez vos outils usuels et celui où seront entreposés vos semis. Outre ceux-ci, il vous faudra aussi un endroit où conserver les matières contribuant au bon état du sol.

Optionnellement, vous pourrez ajouter d’autres éléments comme un espace à l’abri pour profiter de la vue. Vous pourriez même installer un petit hamac pour évoquer le doux souvenir d’une sieste dans les jardins de campagne. Les véritables amoureux de la nature pourront d’ailleurs ajouter des ruchers pour assurer une pollinisation constante.

Créez votre jardin rooftop

Une fois que l’emplacement est bien organisé, vous pouvez passer aux derniers détails concernant la plantation et l’entretien de vos plantes.

Apportez de la bonne terre

Étant sur un toit en pleine ville, vous êtes dans l’obligation de faire monter votre propre terre. Cette dernière devra être convenable pour l’agriculture, c’est-à-dire composée de diverses couches assurant le drainage et la nutrition.

La fonction de drainage lui permettra d’éviter d’avoir de l’eau stagnante, néfaste pour certaines racines. La fonction nourrissante, assurée par le compost et du sable végétal, permettra de fournir l’engrais naturel nécessaire au développement de vos plantes.

Pensez aux divers contenants

Vous n’aurez pas la possibilité de verser votre terre à même le sol. Le béton en dessous empêchera le développement de vos fruits potagers de toutes les façons. Vous aurez donc besoin de le mettre dans divers récipients. Il pourrait s’agir de bacs en bois de diverses formes. Tout dépendra de l’esthétique que vous recherchez et de l’espace que vous avez.

Quant à la hauteur de vos bacs, elle dépendra de vos besoins. Vous pouvez donc varier avec des bacs près du sol et d’autres, plus ou moins élevés. Veillez tout de même à ce que votre pot dispose de la contenance nécessaire au développement de la plante que vous comptez mettre à l’intérieur. Les bacs individuels par exemple n’ont pas besoin d’être aussi grands que ceux devant accueillir plusieurs produits.

Concernant la terre à mettre au préalable, pensez à respecter une stratification qui permettra sa stabilité. Vous pourriez mettre des billes d’argile (sur une couche géotextile) tout au fond du bac pour assurer le drainage. Une couche de substrat et de terre meuble s’y ajoutera. Vous pourrez par la suite mettre de la drêche par-dessus le tout et votre bac sera prêt à l’emploi.

Pour vous permettre plus de mobilité, organisez les bacs par groupes. Vous pourrez assurer plus facilement leur arrosage et leur entretien.

Choisissez les bons produits

En jardinage, il sera toujours plus aisé de cultiver certains produits que d’autres. C’est le cas des plantes à feuilles comestibles, des légumes et des féculents. Les herbes également sont plutôt faciles à cultiver dans les bacs sur les toits. Faites donc le choix de vos plants en fonction de ces critères.

N’oubliez pas le plus important : l’eau

Parlant d’eau, il s’agit tant de l’arrosage que de l’évacuation. Vous devez arroser régulièrement votre potager. Pour des économies, il vous faut juste mettre en place un système pour recueillir l’eau de pluie. Quant à l’évacuation, elle sera assurée par les trous que vous percerez sous vos bacs. La couche géotextile permettra d’éviter que votre terre s’en échappe tout en permettant son oxygénation.

Les derniers articles
Astuces-Jardin.fr, 2020