Logo Astuces-Jardin.fr
Icône de menu hamburger
Astuces-Jardin.fr, 2020

Comment faire un petit potager bio

  1. Création de potager >
  2. Faire un petit potager bio

L’impact des productions industrielles sur l’environnement et sur la santé n’est plus à démontrer. Ils contribuent à affaiblir l’écosysteme, l’organisme humain et réduisent l’expérience de vie. C’est pourquoi de plus en plus de personnes se tournent vers le bio. Pour consommer des aliments bio, nombreux sont les particuliers qui se lancent dans la création d’un espace de culture à domicile. Si vous aussi avez pour projet de faire un petit potager bio, il vous faudra connaître les bonnes pratiques pour cultiver facilement des produits maison.

Quel emplacement pour un petit potager bio ?

Trouver l’emplacement idéal pour cultiver vos fruits et légumes est la première étape à respecter. Pour ce faire, il est essentiel de prendre en compte différents paramètres.

La distance

L’installation d’un potager implique la réalisation d’opérations qui peuvent nécessiter de faire des allers-retours entre l’emplacement choisi et la structure principale de la maison. Pour cultiver de manière pratique, l’idéal serait donc de choisir un endroit qui vous évite de parcourir des kilomètres, notamment en période hivernale. Il est aussi préférable qu’il soit proche d’une arrivée d’eau pour faciliter l’arrosage des plantes. Le port d’arrosoirs trop lourds sur une distance assez importante peut vous épuiser à la longue. Le mieux est donc d’opter pour une position qui vous permet d’avoir vos cultures à portée de main. Vos opérations de jardinage seront ainsi effectuées plus simplement. Une surface de votre jardin, non loin de la cuisine serait parfaite pour cultiver des tomates et autres variétés de légumes.

Le degré d’ensoleillement

L’exposition de votre plantation a un grand impact sur la bonne croissance des plants. Selon la zone géographique et le type de végétaux que vous souhaitez cultiver, les besoins peuvent être différents. Néanmoins, vous devez privilégier les espaces ensoleillés et moins exposés aux bourrasques. Avec une exposition sud-est ou sud-ouest par exemple, les plantes peuvent bénéficier d’un ensoleillement de plusieurs heures lorsque le soleil est au zénith. Il s’agit de l’ensoleillement adapté pour un bon développement des plants. Un emplacement nord-est ou nord-ouest est également favorable à la croissance des cultures. Seulement, le rendement est souvent moins important avec la présence de l’ombre en journée.

Le sol

Lorsqu’on évoque le terme de potager bio, c’est bien pour faire référence à une méthode de culture plus saine. De ce fait, la surface choisie pour jardiner doit être dépourvue de toute forme de pollution. Le sol ne doit pas contenir de composés chimiques qui risquent de contaminer les végétaux. Il faudra donc éviter de développer son potager sur une terre susceptible d’avoir renfermé certaines substances polluantes durant plusieurs années. En effet, les produits chimiques contenus dans un sol perdurent sur une longue période. Évitez donc les emplacements qui ont servi antérieurement de décharge, de fosses septiques, etc.

Comment préparer et enrichir le sol naturellement ?

Obtenir un bon rendement en jardinage nécessite d’avoir en sa possession les bons outils, le savoir-faire, ainsi que le sol adéquat. La préparation du sol dans l’agriculture classique fait intervenir certains engrais chimiques qui contaminent les récoltes. Ces substances détruisent également les éléments essentiels qu’on retrouve dans la terre. Dans l’agriculture bio, ce sont d’autres astuces qui sont utilisées.

S’assurer de la qualité du sol

Pour obtenir des résultats satisfaisants, il est préférable de tester la qualité du sol avant de commencer votre activité. Ce sont des données comme le PH ou les niveaux nutritifs de la terre qui devront être vérifiées. La richesse du sol en argile et en limon fin est très appréciée dans les potagers bio. Lorsqu’une terre n’est pas trop salissante en étant humide, cela signifie qu’elle contient la quantité requise en argile et en limon fin. Si vous devez installer un potager écologique, utilisez ce type de sol pour avoir de meilleurs rendements.

Enrichir le sol de compost

Le compost est un élément naturel qui nourrit le sol des jardins tout en permettant aux ménages de se débarrasser de certains déchets. Pour enrichir le sol, on reste ainsi dans la logique de la permaculture en utilisant les éléments complémentaires d’une même organisation. La préparation du compost peut s’effectuer sur une surface d’un mètre carré dans le jardin ou dans un bac à compost. Vous pouvez y mettre différents éléments tels que les épluchures ou copeaux de planches de bois, déchets de repas, excréments d’animaux, papier journal, etc. Notez qu’il est possible d’utiliser des engrais bio, cependant vous trouverez beaucoup de plaisir à réaliser vos composts.

Comment développer son petit potager bio ?

En suivant quelques conseils et astuces des experts de jardinage bio, vous pourrez optimiser plus facilement la croissance de vos plantes. Pour s’assurer du bon développement naturel de vos semis, les opérations suivantes sont à privilégier.

Arrosez en matinée

Le moment le plus recommandé pour l’arrosage des plants est le matin. Un choix qui s’explique par la douceur de la température à cet instant de la journée et l’absence de vents violents. Les jardiniers sont ainsi moins contraints par les conditions climatiques pour bien s’occuper de leurs plantations. Avec des vents moins forts, la quantité d’eau utilisée pour arroser les plantes est optimisée. Vous aurez juste besoin d’effectuer deux arrosages en semaine, en s’assurant de bien nourrir les racines plutôt que les feuilles. De préférence, utilisez une eau à température ambiante pour arroser vos fleurs, fruits et légumes.

Désherbez sainement le sol

Pour un petit potager, il est envisageable de désherber la surface de plantation à la main. Il s’agit de l’option la plus écologique, toutefois elle reste fastidieuse et son application prend plus de temps. Une autre solution consiste à adopter le concept de permaculture pour désherber de façon saine vos potagers en utilisant les déchets du même écosystème. En effet, lorsque les mauvaises herbes commencent à se développer sur le terrain, un jardinier écolo aura recours au paillage. C’est un ensemble de composés organiques qui auront pour effet de ralentir la pousse des mauvaises herbes tout en renforçant la résistance des sols. D’autant plus que les éléments utilisés pour réaliser un paillis à portée de main. Vous aurez juste besoin de feuilles mortes et de tontes de pelouse sèches pour pailler. Ces déchets devront être broyés et répartis sur les semis.

Protégez votre potager naturellement

Si vous avez réussi à éviter les engrais et autres substances chimiques utilisées dans l’agriculture classique pour nourrir vos plants, vous pourriez être tenté avec l’apparition de nuisibles. Fort heureusement, des solutions bio existent pour se débarrasser des insectes indésirables. Un produit nature tel que l’huile horticole peut être une réponse à votre besoin, ainsi que l’ail ou un pulvériseur à base de piment. Les grandes surfaces proposent également des articles efficaces destinés à l’agriculture bio. Faites néanmoins attention aux éléments contenus dans ces poudres avant de faire votre choix. Vous devez également faire la différence entre les espèces nuisibles et ceux qui sont utiles à la protection de cette surface.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Que vous choisissiez de développer votre petit potager sur un balcon ou dans votre jardin, il est fort probable de faire face à certaines déconvenues. Ceci, notamment si vous en êtes à votre première expérience.

Le nettoyage du potager

Après avoir semé vos graines et enrichi le terrain de culture, les jeunes plantes qui se développent peuvent être malades ou blessées. Dans ce cas, la meilleure solution sera d’enlever complètement les végétaux en question. Leur développement dans le potager pourrait occasionner des problèmes sur le long terme. Il est déconseillé de conserver des feuilles qui sont atteintes à l’abdomen. Ainsi, procéder à un nettoyage propre de vos plantations est essentiel pour s’assurer d’une bonne récolte.

La protection des plantes

Une autre précaution à prendre pour garantir le bien-être de vos plantes est d’assurer leur protection. Les conditions climatiques au printemps, en été et en automne ne sont pas les mêmes en hiver. Durant la période hivernale, les températures basses peuvent avoir un grand impact sur la santé de vos plantes. Même les végétaux les plus robustes peuvent être affectés s’ils ne sont pas bien protégés. Le sol est également susceptible d’être touché par une érosion en cette période. L’idéal serait donc d’installer un tunnel hivernal qui permet de maintenir les plantations à une température ambiante.

Le choix des semis

Comme cela est précisé plus haut, la luminosité requise dépend des variétés de légumes. Le choix des semis doit donc se faire selon le niveau d’ensoleillement de votre jardin. D’autres critères comme la qualité de la terre et le drainage sont aussi à considérer pour choisir les familles de végétaux à cultiver. Par ailleurs, il faudra rechercher avec soin les semis à utiliser. Dans un potager bio, ce sont des semailles 100 % naturelles qui sont recommandées. L’achat de plants contaminés par les engrais chimiques fait partie des erreurs à éviter lorsque vous décidez de semer des produits bio.

Les derniers articles
Astuces-Jardin.fr, 2020