Logo Astuces-Jardin.fr
Icône de menu hamburger
Astuces-Jardin.fr, 2021

Comme faire un potager sur une pelouse

  1. Création de potager >
  2. Faire un potager sur une pelouse
potager sur une pelouse

Vous êtes un adepte des produits bio et vous en avez marre des légumes vendus dans les commerces ? Vous aimez jardiner et vous souhaitez cultiver vous-mêmes vos fruits et légumes, mais vous ne disposez pas d’assez d’espace ? Si la réponse est oui à toutes ces questions, pas de panique ! Vous pouvez réaliser un potager sur votre pelouse ou sur vos terrasses et profiter de vos propres cultures. Toutefois, la réalisation de ce type de culture requiert une attention particulière. En effet, il est impératif de choisir la bonne méthode afin de rester à l’abri d’éventuels désagréments susceptibles d’endommager les plantes. Voici quelques astuces et conseils qui vous aideront à réussir la culture et l’entretien de votre potager sur pelouse.

La première étape de la réalisation d’un potager sur du gazon

La question que tout débutant en jardinage se pose est celle de savoir comment démarrer son potager sur un terrain avec des herbes. En effet, un sol enherbé n’est pas favorable à l’implantation d’un potager. Il faut donc bien travailler votre parcelle de terrain pour arriver à réaliser votre potager. Il existe plusieurs méthodes (développées par des jardiniers) afin de venir à bout des mauvaises herbes qui pourraient entraver la réalisation du potager. Toutes ces méthodes nécessitent un préalable commun qui constitue la première étape de chacune d’elles, il s’agit de la tonte de la pelouse.

Tondre la parcelle qui servira de potager

C’est l’étape indispensable par laquelle passer pour réaliser un potager sur une pelouse. Il s’agit de débarrasser la terre des mauvaises herbes en faisant une coupe bien rase. Ici, il n’est pas question de jeter quoi que ce soit aux dechets verts. La tonte (l’herbe coupée, les ronces et les orties y compris) doit rester sur place. Si vous pratiquez cette étape avec soin, vous pourrez désherber et amender votre sol en même temps. Quelle que soit la méthode que vous adopterez après cette étape, la période de l’année la plus adaptée pour commencer la réalisation de votre potager est l’automne. Puis, pensez à laisser le sol couvert pendant tout l’hiver.

Recouvrir le sol pendant l’hiver : les raisons

Recouvrir le futur potager d’une confortable couverture pendant toute cette saison a pour but de favoriser le développement des micro-organismes et des vers de terre. Ceux-ci vont travailler à rendre le sol plus souple et plus fertile pour accueillir les nouvelles plantes.

Les différentes méthodes d’implantation d’un potager après le désherbage

Il existe plusieurs méthodes pour transformer votre jardin en potager. Après avoir désherbé la parcelle qui servira de potager, vous avez le choix entre ces différentes options.

Le bâchage

C’est la méthode la plus simple. Elle consiste à étendre une grande bâche noire en plastique sur toute la surface du sol et de la laisser reposer pendant l’hiver. Cette méthode n’est certes pas très écologique, mais elle permet d’arriver à un résultat satisfaisant. Il est nécessaire d’installer correctement la bâche en prenant soin de bien fixer les extrémités. Ceci pour éviter que celle-ci ne cède sous l’effet du vent.

Cette méthode permet d’obtenir un sol particulièrement souple et dépourvu d’herbes. L’hiver passé, il vous suffira de percer quelques trous et d’y ajouter du compost s’il s’agit d’une plantation. Cependant, s’il est plutôt question d’un semis, vous devrez, en plus du compost, passer un coup de gélinette.

Le paillage

Cette technique a pour objectif d’étouffer toute la végétation et d’empêcher son développement. Elle consiste à poser sur les tontes, une couche de mulch en paillis (matières organiques). Il s’agit d’une méthode utilisée pour la permaculture. Plusieurs types de matières peuvent d’ailleurs être utilisés à cet effet. Vous pouvez par exemple employer des feuilles mortes et si elles se font rares, n’hésitez pas à utiliser de la paille, du broyat de bois ou encore du foin.

Une fois cette couche de matière organique étalée, recouvrez-la d’une couche de cartons marron (évitez de prendre des cartons de couleur ou blanchis). Il faut une couche d’au moins 20 cm pour que le processus soit efficace. Pour maintenir les cartons en place, vous pouvez y déposer de grosses pierres ou y ajouter une dernière couche de matière organique.

Le travail de la terre

Cette dernière nécessite l’emploi d’une grelinette ou d’une beche et son principe est très simple. Cette méthode consiste à retourner la terre sur la surface qui servira de potager. Elle permet également d’enlever les racines des mauvaises herbes et parfois même des arbres. Si la surface de la terre à travailler est plutôt grande, l’usage d’un motoculteur ou d’une motobineuse est plus indiqué.

Vous pourrez pratiquer cette action au printemps si vous avez affaire à un sol léger. Par contre, si vous travaillez un sol lourd, il est recommandé de le faire en automne. Pour cette dernière méthode, vous aurez besoin de plus d’énergie qu’avec les autres. Après chaque passage de grelinette, il vous faudra rajouter du compost.

Démarrer son potager sur la pelouse quand on est débutant

Vous avez un jardin, fait de pelouse ou d’herbe, mais vous souhaitez en faire un potager? C’est possible, même si vous n’y connaissez rien au moment d’affirmer la ferme volonté de gagner votre autonomie alimentaire.
Sachez d’abord que les choses sont un peu différentes selon que vous possédez herbe ou gazon. Dans le premier cas, vous aurez probablement tout un tas d’herbes plus ou moins folles, variées et de texture inégale : c’est le signe d’une terre potentiellement assez vivante, encourageant mais plus difficile à travailler au départ. Dans le second cas, si un beau gazon a été bien entretenu devant votre maison des années durant, et bien sachez que le sol en a généralement souffert. Il sera certainement sans racines certes, mais plus compact et plus pauvre. Le travail de départ sera donc différent.

Transformer sa pelouse en potager

transformer sa pelouse en potager

Vous avez une pelouse ? Vous voulez la transformer en potager ? Suivez ces étapes.

Préparer le terrain

Tout dépend donc du type de pelouse. Des herbes variées, même tondues ras, laisseront un réseau de racines. C’est un bien, et un mal à la fois. Le sol sera en effet bien drainé, mais trop encombré pour la culture et la plantation de graines.
On peut soit les recouvrir densément à l’automne, par un paillage conséquent, en commençant par de l’herbe de tontes fraîche (qui va « tuer » les racines) puis en étalant une couche de paille, feuilles, bois raméal fragmenté ou foin, soit retourner la terre à la grelinette ou à la fourche avant de la recouvrir de matière organique et de paillis divers.
Dans le cas d’un gazon, on se contentera souvent de recouvrir la future planche de culture d’une bonne couche de matière organique fraîche (fumier, compost), puis d’un paillage conséquent, dès l’automne et le plus longtemps possible.
Si vous êtes en retard et déjà à la fin de l’hiver, retournez ou passez une herse pour désherber rapidement, puis disposez directement une couche de matière organique compostée (non fraîche, cela « brûle » les jeunes plants), et paillez vos plants au fur et à mesure de leur croissance en commençant par une couche superficielle.

La fin de l’hiver

Si vos planches de culture ont été préparées à l’automne, selon ces conseils issus de pratiques de permaculture et de maraîchage bio, elles cacheront un sol déjà vivant et structuré. Sachez que pour un débutant, et même pour le jardinier expérimenté, cela n’a que des avantages : le travail du sol est minimisé, et le besoin en outils est réduit. C’est encore plus vrai la deuxième année, et ainsi de suite.
Avant même le printemps, vous pourrez commencer à semer vos graines de certaines variétés de pois et fèves, en écartant soigneusement le paillis pour accéder au sol, qui restera longtemps humide alentours. Un peu plus tard, après les dernières gelées, il sera temps de mettre en place vos plants de tomates, ainsi que diverses graines de haricots ou encore de radis, un excellent légume couvre sol très pratique pour les zones non paillées, au pieds de certains arbustes à fruits, par exemple.
C’est le moment d’incorporer au sol certains engrais, qui peuvent être aussi simplement naturels que votre propre compost.

La saison chaude

C’est le moment où la plante peut commencer à souffrir de stress hydrique. Toutes les plantes? Non, pas celles que vous paillerez généreusement, car le paillage, augmenté à mesure de la croissance, conserve un sol humide et vivant très longtemps. Jusqu’en Juin, même si vous avez déjà installé vos plants de cucurbitacées, il n’est pas trop tard pour mettre des graines directement en place sous paillis, dans un compost bien décomposé, pour les récoltes d’automne. Vous vous rendrez compte alors que le jardinage se passe assez bien de désherbage, si vous avez fait le nécessaire avant même de cultiver.

Les récoltes

La plupart des récoltes sont à prévoir entre Juin, pour les petits pois, les radis, les salades par exemple, et novembre, pour les dernières tomates et courges. Pour les pommes de terres, sachez que vous pouvez en planter, germées, de février à début Août, dans une terre meuble butée ou, plus simple, dans une très épaisse couche de paillis riche en matière organique. On peut même y mettre les épluchures, même légèrement germées!

L’utilité d’un potager sur la pelouse et comment l’entretenir

Tout comme lorsqu’on fait pousser des fleurs dans son jardin, faire pousser ses propres légumes a aussi des avantages et des bienfaits multiples. Il ne s’agit pas seulement de savourer de beaux et bons produits, mais de savoir aussi d’où provient ce que vous mangez. En effet, entre les articles qu’on retrouve dans les supermarchés et ceux disponibles chez les maraîchers, il existe la plupart du temps une grande différence de goût. Toutefois, comme les maraîchers ne se retrouvent pas à tous les coins de rue, vous pouvez décider vous-même de faire pousser les produits dont vous avez besoin.

Ainsi, en fonction des saisons, vous pourrez déguster des légumes frais et profiter par exemple de belles tomates encore pleines de soleil en été. De plus, vous vous familiariserez avec les gestes de jardiniers et prendrez soin de vos plantes en leur apportant la température et la quantité d’eau adéquate pour obtenir un bon produit. Ainsi, vous pouvez semer vos légumes comme vous le voulez et choisir ce qui entre dans votre alimentation ou pas.

L’entretien d’un potager

Entretenir votre potager revient à :

  • retirer les mauvaises herbes entre les différents légumes ;
  • arroser régulièrement les plantes en fonction des saisons ;
  • pailler généralement le sol pour en garder la fraicheur ;
  • et apporter si vous le souhaitez de l’engrais pour nourrir et stimuler la croissance des légumes.

Après la récolte, il faudra préparer le sol de nouveau à recevoir d’autres cultures. L’automne est la saison la plus propice pour le faire. Ainsi, le printemps venu, vous pourrez recommencer à semer de nouvelles graines dans de bonnes conditions.

FAQ

Puis-je vraiment laisser mon sol recouvert toute l'année ?

Oui, c’est excellent pour lui, et c’est le meilleur moyen pour ne pas retrouver une pelouse à retravailler après chaque hiver. De plus, plus le temps passe, plus le sol est riche en micro-organismes et en vers, plus il devient facile à travailler et fertile. Le nourrissage des planches de cultures se fait donc tout au long de l’année, avec un besoin d’outils de plus en plus réduit.

Puis-je enfin espérer mettre les produits phytosanitaires au rebus?

La première année, essayez de tenir bon sans, car ils affecteraient la bonne micro faune et les bonnes « mauvaises herbes » autant que le reste. Avec le temps et de bonnes habitudes, vous saurez attirer les bons protecteurs (les coccinelles, par exemple, ou encore certaines araignées, un hérisson ou une musaraigne) et les.conserver, et votre potager se trouvera muni d’une protection intégrée. Vous planterez aussi beaucoup d’aromatiques, un peu partout plutôt que dans un bac isolé. Donc, c’est un grand oui, mais avec patience et beaucoup d’observation.
Astuces-Jardin.fr, 2021