Logo Astuces-Jardin.fr
Icône de menu hamburger
Astuces-Jardin.fr, 2021

Bien entretenir son jardin : le guide complet

entretien jardin

Vous faites peut-être partie des milliers de français qui ont aménagé un jardin dans leur maison. Ce lieu de verdure et de détente, met en valeur votre habitation. Il est aussi le reflet de votre personnalité. Ainsi, c’est tout naturellement que vous devez en prendre soin car personne ne peut le nier, le tout n’est pas d’avoir un jardin. L’important c’est l’entretien. Un jardin bien entretenu démontre l’intérêt que lui porte son propriétaire. Peu importe la saison, qu’il s’agisse d’un jardin potager, d’une pelouse fleurie, d’un gazon synthétique entouré de pots de fleurs ou encore d’un jardin d’agrément réalisé par un paysagiste professionnel, vous devez lui assurer un bon entretien.

Cet entretien si important passe par des points essentiels et a également un coût. L’objectif de ce guide est donc de faire le point sur les éléments de votre jardin qui nécessitent une attention particulière, pour lui assurer un entretien impeccable.

De l’entretien général d’un jardin

L’aménagement d’un jardin extérieur ou intérieur se compose de plusieurs éléments. De la pelouse au potager/vergers en passant par les allées et les points d’eau, chaque partie de ce lieu a besoin d’un entretien spécifique. Au sens large, l’expression « entretien du jardin » englobe un grand nombre d’activités. Ces dernières doivent être effectuées à des intervalles plus ou moins réguliers, en fonction :

– du type de jardin,

– de la saison,

– de la surface totale,

– du cycle de vie de vos différentes plantes.

Il vous est donc recommandé d’établir un calendrier des travaux d’entretien à réaliser au jardin de façon annuelle. Ainsi, la charge de travail est répartie, au lieu d’être uniquement concentrée sur le printemps, saison de réveil de la nature. D’ailleurs, à chaque saison, correspondent des activités d’entretien bien précises. La mise en place d’un calendrier vous permet également de maintenir vos espaces verts en bon état durant toute l’année.

L’entretien de la pelouse

Naturellement formée dans la nature, ou issue de plantation, la pelouse est une étendue majoritairement composée de graminées. Elle peut être parsemée de fleurs, de feuilles et d’arbustes. Après le sol, la pelouse est le second élément dont vous devez vous préoccuper lors de l’entretien de votre jardin. Les points les plus importants sont l’arrosage et la tonte du gazon. Cependant, d’autres opérations comme le désherbage, la scarification et la fertilisation sont parfois nécessaires pour avoir une pelouse en bon état. Enfin, elle doit être protégée des maladies, de la mousse ainsi que des adventices.

Un jardin, c’est avant tout le sol

Il est important de rappeler que pour avoir un beau jardin, il faut que votre sol soit bien préparé et entretenu. Qu’il s’agisse de plantation de plantes potagères, de gazon ou de fleurs, la première chose à faire est de maîtriser les caractéristiques et la composition du sol autour de votre habitation. Il est possible de faire appel à un laboratoire d’analyse pour analyser votre sol. Ainsi vous saurez par exemple s’il est trop acide ou pas assez, ou encore s’il y a des minéraux particuliers qui lui manquent. Bien connaître votre sol est la clé pour adapter les éléments à lui apporter. Cela permettra de le rendre plus riche et de favoriser la pousse des fleurs, légumes et autres plantes.

Nettoyage du sol

Une fois l’hiver parti, vous devez absolument bien nettoyer le sol de votre jardin avant d’y planter quoi que ce soit. Si vous aviez étalé du paillis en automne, vous devez à présent le retirer. Vous pouvez en faire du compost. Pensez aussi au désherbage. Le sol doit être débarrassé de l’humidité qui s’y est installée pendant l’hiver. Par contre, vous pouvez épargner les orties et les pissenlits. Ils sont utiles au jardin notamment pour leur rôle mellifère. Il est préférable de procéder au désherbage à la main. Vous pouvez à la limite vous aider d’un outil. C’est le désherbage écologique. Par ailleurs, il est possible d’utiliser des produits chimiques pour éliminer les mauvaises herbes.

Aération du sol

Procéder à cette opération permet à la terre d’absorber l’eau plus facilement. Elle consiste à décompacter la terre qui a été tassée par les va-et-vient, les piétinements, jeux et autres. L’eau ne stagne plus, mais s’enfonce plutôt dans le sol qui est moins compact. Pour bien aérer le sol, vous pouvez utiliser :

– une bêche,

– des patins aérateurs,

– un carotteur aérateur,

– un aérateur ou une carotteuse mécanique (pour les très grandes surfaces).

L’aération se fait de préférence lorsque la terre est mouillée.

Nourrir le sol

Pour bien préparer la terre à recevoir les différents semis, et selon la qualité de votre sol, vous devrez y rajouter du terreau, du compost etc. Il s’agit de l’amendement. C’est une technique qui a pour but de renforcer le sol en lui apportant un complément de terre. Cette opération est aussi nommée terreautage.

– Épandre du compost et du sable sur un sol acide.

– Épandre de la mousse de tourbe sur un sol alcalin.

– Épandre de la terre noire sur un sol sablonneux.

– Épandre du sable de rivière sur un sol argileux.

Ceci permet d’équilibrer la composition du sol. Par ailleurs, vous devez vous servir d’un râteau pour bien étaler et mélanger le terreau que vous avez ajouté par-dessus votre sol de jardin.

Un sol bien traité avant plantation de tout semis sera beaucoup plus facile à entretenir. En plus, il aspirera plus facilement l’eau et vous aurez par la suite moins de soucis de drainage. Il est recommandé d’effectuer les travaux de préparation du sol au début du printemps. Celui-ci sera alors ameubli pour recevoir n’importe quel semis. Par ailleurs l’enracinement de ces derniers sera plus profond et plus rapide.

Entretien du gazon

Bien entretenu, le gazon offre un espace vert de qualité dans lequel vous pourrez installer une aire de jeux par exemple. En outre, il sert à éviter la boue près de la maison.

Regarnissage

Pour apporter plus d’éclat à votre jardin, il peut être intéressant de renforcer un gazon déjà existant. Si vous souhaitez regarnir votre gazon, prenez garde à l’hydro mousse. Il y a très peu de retours positifs sur ce produit. Vous n’avez qu’à procéder à l’achat de graines de gazon naturel à semer dans une jardinerie ou une boutique spécialisée. Optez pour des graines de gazon spécialement conçues pour le regarnissage. Leur prix au m² est plus élevé que celui des graines normales. Toutefois, c’est un achat que vous ne regretterez pas.

Regarnir au printemps est l’idéal. Cependant, vous devez beaucoup arroser ces semis. Vous pouvez aussi profiter des dernières journées chaudes d’automne pour procéder à cette opération. Ainsi, votre gazon pourra s’enraciner avant l’arrivée du froid de l’hiver. Un passage de rouleau permettra de bien enfoncer les graines.

Fertiliser la pelouse

Cette opération a pour but de nourrir le sol de la pelouse afin qu’elle ait les éléments suffisants pour se développer correctement. Elle contribue en outre à éloigner les maladies éventuelles. Parmi les éléments nutritifs nécessaires à la pelouse, il y a :

  • le phosphore,
  • l’azote,
  • le potassium.

L’utilisation de fertilisant doit se faire lorsque la pelouse est en période de croissance (soit au printemps et en automne). L’application de fertilisants ne doit pas se faire en une seule fois pour avoir un meilleur gazon. En période printanière par exemple, vous pouvez réitérer l’opération deux à trois fois. Il existe différents types de fertilisants. Certains comme le compost sont d’origine naturelle, tandis que d’autres sont des compléments chimiques.

Entretien du gazon synthétique

Pour ceux dont la pelouse est faite de gazon synthétique, l’entretien de ce dernier prend une autre forme. En effet, le principal outil dont vous aurez besoin est un balai. Le balai à gazon ou le balai de cantonnier sont particulièrement recommandés. En outre, vous pourrez vous servir d’un aspirateur pour nettoyer votre gazon synthétique. Veillez seulement à ne pas utiliser l’aspirateur sur un gazon artificiel posé sur une couche de remplissage sableuse. Cette recommandation s’applique aussi à l’utilisation avec un nettoyeur haute pression.

Il peut arriver que des mauvaises herbes ou de la mousse s’installent sur un gazon synthétique. Dans ce cas, il est conseillé de se servir d’herbicide biologique. En alternative, vous pouvez utiliser un traitement préventif anti-mousse sous forme de spray. Enfin, une fois par an, il faut procéder à un assainissement. Vous pouvez pour ce faire utiliser un désinfectant spécial pour gazon synthétique. Il est totalement sain, simple et facile d’entretien.

Arroser la pelouse

L’arrosage d’une pelouse est primordial pour maintenir un jardin et une gazon en bon état. Le manque d’eau empêche les végétaux de grandir correctement. Le sol en dessous de votre pelouse doit garder une humidité suffisante tous les jours. Dans le cas contraire, votre gazon se desséchera. Il adoptera à ce moment une couleur jaune ou brune. Cependant, cette couleur n’est pas définitive. En effet, une fois soumise à un apport en eau suffisant, votre pelouse devrait reprendre vie.

Conseils d’arrosage

L’arrosage doit être fréquent. Il dépend toutefois du type de sol sur lequel est planté le gazon, de la saison et de la nature du gazon. Il est recommandé d’arroser au moins une fois par semaine. Pour éviter une évaporation rapide de l’eau, il est recommandé d’arroser la pelouse très tôt le matin. Vous pouvez aussi le faire le soir, mais les brins de gazon risquent d’être mouillés longtemps. Cette humidité engendre des maladies dues aux mousses et champignons. Vous pouvez opter pour un arrosage automatique ou manuel. Il est aussi possible de commander l’arrosage grâce à un appareil mural connecté.

Choisir le système d’arrosage

Si votre jardin ne couvre qu’une petite surface, vous pouvez juste relier votre tuyau au robinet, et arroser correctement vos plantes suivant les conseils donnés plus haut. Par contre, s’il s’agit d’une grande surface, vous pouvez mettre en place un réseau d’arrosage enterré. Il comporte principalement un tuyau avec ou sans enrouleur, un programmateur et une sonde. Grâce à ce réseau, vous n’aurez plus de soucis à vous faire. La sonde évaluera la sécheresse du sol et le programmateur quant à lui déclenchera l’ouverture du robinet et l’arrosage par la même occasion. Vous pouvez aussi installer différents types d’arroseur sur ce réseau.

Si vous avez un carré potager par exemple, l’arrosage devra se faire différemment. En effet, le meilleur système pour le potager est le goutte à goutte. Ce type d’arrosage est idéal pour apporter à chaque type de légumes la quantité d’eau qu’il lui faut. En effet, vos tomates et vos pieds de salade n’ont pas les mêmes besoins en eau. Selon la surface, vous pouvez installer un système d’irrigation au milieu du potager en vous servant par exemple de pompes, d’un tuyau percé, ou d’un tuyau d’arrosage poreux. Ainsi, vous garantissez un meilleur rendement. Cependant l’irrigation doit être sans pression.

Arrosage et écologie

Parce que la planète est en danger, et que les ressources en eau ne sont pas illimitées, il est recommandé de faire attention. Ainsi, tant que cela vous est possible, utilisez un récupérateur d’eau de pluie. Servez-vous de vos réserves pour assurer votre arrosage. Un grand nombre de techniques sont disponibles pour vous aider à économiser l’eau. Le paillage et le binage du potager en font partie. Par ailleurs, si vous êtes dans des zones où la sécheresse sévit durement, il ne sert à rien d’arroser un tout petit peu quand même. Laissez passer cette période et assurez-vous que votre sol est bien nourri au moment où les précipitations seront de retour. La verdure ne tardera pas à reprendre sa place. N’hésitez pas à opter pour des arroseurs à fonctionnement solaire.

Vous pouvez aussi vous procurer de la peinture pour gazon. Simple et facile à utiliser, vous n’aurez qu’à en asperger sur votre pelouse pour qu’elle reste verte. Saine, car fabriquée avec des algues principalement, vous n’avez aucune crainte à avoir. Au contraire, vous profiterez d’une pelouse verte pendant 3 à 4 mois.

Tondre la pelouse

La tonte de la pelouse représente le second point important de son entretien. Elle a deux avantages principaux. Elle évite la pousse des mauvaises herbes et des mousses d’une part. D’autre part, elle contribue à l’embellissement de votre pelouse de même qu’à sa résistance. Une bonne tonte se fait en fonction de votre type de gazon, de la période et aussi de votre situation géographique.

Fréquence de tonte de la pelouse

Il est généralement admis qu’il faut tondre la pelouse environ une fois par semaine. Tous les 10 jours en été, et au moins une fois par semaine entre les mois de mars et octobre. Par ailleurs, vous pouvez aussi vous fier aux consignes d’entretien accompagnant votre pelouse. Dans tous les cas pour une pelouse bien épaisse avec un bon étalement, il faut régulièrement couper le gazon. Ainsi, si votre objectif est d’obtenir à long terme une pelouse d’ornement, vous devriez réaliser une tonte environ tous les 4 à 5 jours.

Tenez également compte de la météo. En été, le temps est chaud et humide faisant rapidement pousser le gazon. Ainsi vous pouvez maintenir la fréquence d’une fois par semaine, ou rapprocher les moments de tonte. Par contre, lorsque le temps est sec, la pousse va ralentir. Alors d’Octobre à Mars, vous pourriez adopter une fréquence d’une tonte tous les 10 jours.

Une pelouse à la bonne hauteur

C’est vrai qu’il faut couper le gazon, mais vous devez lui laisser une certaine hauteur. Si vous tondez trop court, vous risquez de fragiliser la pelouse. Elle sera alors à la merci des mauves herbes, et plus sensible au manque d’eau. Lorsque vous tondez, assurez-vous de ne pas enlever plus d’un tiers de la longueur totale du brin de gazon. Une pelouse de 5 cm de hauteur est l’idéal. Si la vôtre sert de terrain de jeu à vos enfants, vous pouvez la tondre à hauteur de 7,5 à10 cm. Enfin, une pelouse ornementale est plus fine et sera idéale à une hauteur de 3 cm.

Exceptionnellement, à la fin de l’automne et au printemps, vous pouvez réellement raccourcir votre gazon. Dans le premier cas, cela aidera à prévenir les maladies dues à l’humidité et qui sont susceptibles d’attaquer votre gazon. Dans le second cas, une tonte plus courte permettra de stimuler la repousse.

Conseils pour une bonne tonte

Il vous est vivement déconseillé de procéder à la tonte sur une pelouse humide. L’humidité ne facilite pas l’opération de tonte. Évitez donc de le faire tôt le matin. Par ailleurs :

  • veillez à retirer tout objet de votre pelouse avant de démarrer la tonte, au risque d’abîmer la lame de votre tondeuse,
  • utilisez une tondeuse dont la lame est bien aiguisée, ainsi votre coupe sera franche et plus jolie,
  • alternez les sens de coupe et suivez un léger chevauchement lors des passages de la tondeuse.

N’oubliez pas de ne jamais retirer le dispositif de sécurité de la tondeuse. Enfin, pour régler la hauteur de coupe, ou débourrer la tondeuse, arrêtez-la. En suivant ces recommandations, votre tonte se passera bien.

Traitement des mauvaises herbes

Si vous vous demandez comment enlever les mauvaises herbes, sachez que le meilleur moyen est le désherbage. Il participe à l’entretien de la pelouse et donc du jardin. Pour chasser les adventices, vous pouvez procéder de plusieurs manières.

  • Le désherbage manuel

Il est considéré comme plus écologique il consiste à arracher toute plante intruse dans votre pelouse. Toutefois, veillez à le faire lorsque le sol est humide et surtout assurez-vous que les racines de la plante sont aussi arrachées. Vous pouvez aussi vous servir d’outils de jardinage prévu à cet effet.

  • Les désherbants chimiques

Ils peuvent s’utiliser en application locale ou de façon totale. Localement, il suffit de mettre une goutte ou deux du produit sur l’adventice localisée. Par contre, si les mauvaises herbes envahissent la pelouse, utilisez un désherbant sélectif pour pelouse. Il éliminera les adventices et laissera intact votre pelouse.

  • Les désherbants naturels

Il s’agit d’astuces qui peuvent vous aider lorsque deux ou trois plantes intruses se glissent dans votre jardin. Vous pouvez par exemple mettre du vinaigre blanc ou du purin d’ortie sur les herbes concernées. L’eau de cuisson des pommes de terre, des pâtes ou de riz est aussi très efficace.

Il est très important de ne pas abuser des désherbants naturels et chimiques, ainsi que des produits contre les insectes. Notez aussi que toutes les mauvaises herbes ne sont pas néfastes au jardin. Certaines (lamier rouge, pissenlit etc.) si elles sont aux abords de la pelouse contribuent à équilibrer la terre. Par ailleurs, elles sont utiles à la biodiversité, puisqu’elles participent au processus de pollinisation surtout si vous cultivez un potager.

Les herbicides

Sont appelés herbicides les substances actives ou les préparations ayant la capacité de tuer les végétaux. L’utilisation d’herbicides est généralement associée à la pratique du désherbage chimique. Toutefois de plus en plus d’herbicides bio voient le jour. Vous trouverez facilement sur le net des recettes d’herbicide maison, ou herbicides naturels. Les principaux éléments entrant dans la composition de ces recettes bio sont :

  • le vinaigre blanc,
  • le bicarbonate de soude,
  • le sel,
  • le savon etc.

Vous pouvez certes reproduire ces recettes, mais il faut réellement éviter d’en abuser, ou de les utiliser de façon massive car vous risqueriez de détruire aussi votre pelouse. Utilisez ce type de produits avec parcimonie et toujours en traitement local.

L’anti-mousse pour l’entretien du jardin

La mousse ne s’installe pas ou peu sur une pelouse saine. Sa prolifération est favorisée par la mauvaise aération du sol, la stagnation de l’eau, l’ombre, l’acidité et la pauvreté du sol ainsi qu’une tonte trop courte du gazon. Pour éviter que la mousse s’installe, et prolifère, vous devez aérer votre pelouse. La dispersion d’anti mousse n’intervient que si votre pelouse est vraiment envahie. Dans ce cas, il faut éviter les produits anti-mousses contenant du sulfate de fer intégré. En effet, ce dernier augmente l’acidité du sol ce qui favorisera le retour de la mousse. La scarification peut être très utile pour lutter contre les mousses.

La scarification de la pelouse

Tout comme le sol a besoin d’être nettoyé et aéré, la pelouse a besoin d’être scarifiée. Cette opération a pour but de lacérer la surface du sol ainsi que les racines du gazon sur 4 mm environ. Il s’agit d’éliminer les déchets qui forment un feutrage sur la pelouse. Cette couche de déchets :

  • retient l’humidité,
  • empêche l’eau d’atteindre les racines,
  • favorise la prolifération des mousses.

Suite à la scarification, votre pelouse peut avoir l’air plus abimée. C’est normal. Il faut alors la fertiliser, ou alors réaliser un semis complémentaire pour la regarnir. Il est recommandé de faire cette opération 2 fois par an environ 3 ans après l’installation de la pelouse. Les moments idéaux pour le faire sont en automne pour fortifier la pelouse avant l’hiver, et au printemps pour supprimer les déchets accumulés durant l’hiver. La scarification se fait à l’aide d’outils spécifiques appelés scarificateurs. Il en existe de plusieurs types et ils se choisissent en fonction de la surface à scarifier. Rendez-vous dans un magasin spécialisé pour l’achat de cet outil qui est cependant onéreux. Vous pouvez aussi en louer un.

Utilisation des Engrais

Pour que votre pelouse soit belle, verte et éclatante, elle doit être bien nourrie. L’engrais est la nourriture dont elle a besoin. Il existe différents types d’engrais pour la palouse. Mieux les connaître vous permettra de faire un choix averti.

Les engrais organiques

Ils peuvent être d’origine animale (sang desséché, corne broyée, poudre d’arêtes de poisson, poudre d’os). Parmi les engrais organiques d’origine végétale, vous en trouverez faits à base de :

  • purin d’ortie,
  • algues,
  • cendre,
  • résidus de vinasse de betterave sucrière.

Loin d’être directement assimilables par les plantes, ils sont décomposés par les bactéries présentes dans le sol. C’est pour cela qu’ils sont qualifiés d’engrais de fond à action lente.

Les engrais minéraux

Encore appelés engrais NPK, ils sont constitués d’azote, de phosphore et de potassium, dans des proportions variables. Soyez assurés de choisir le bon dosage car 3 chiffres suivent généralement les initiales NPK. Ces derniers indiquent la quantité de chacun des éléments cités ci-dessus dans le mélange. Par ailleurs de tels engrais sont également combinés avec des oligo-éléments, ou d’autres minéraux tels que le soufre, le calcium et le magnésium. Enfin, il existe des engrais minéraux associés à de l’anti-mousse, ou encore à du désherbant sélectif pour pelouse. L’usage de ce type de produits permet de régler plusieurs problèmes à la fois.

Les engrais naturels

Parfois qualifié d’engrais bio, il s’agit du compost, du terreau et du fumier. Ces trois éléments constituent à la fois des engrais et des amendements. L’idéal est d’utiliser le compost. En plus d’être écoresponsable, il est plus équilibré puisqu’il est obtenu par transformation des déchets verts de la maison. Il est d’ailleurs conseillé de composter le fumier avant de l’utiliser car il apporte de l’humus. En ce qui concerne le terreau, il y en a de différentes qualités. Cela est dû à la concentration en azote, en matière organique et en fonction du PH.

Choisir l’engrais en fonction de l’effet recherché

L’engrais à effet coup de fouet est conseillé au printemps. Il aide à stimuler la pousse du gazon, et contribue à en intensifier la couleur. Choisissez-le riche en azote peu importe qu’il soit minéral ou organique.

Optez pour un engrais de fond, surtout si vous procédez à l’épandage à l’automne. Les concentrations des divers éléments doivent être équilibrées. Ainsi, il contribue au bon développement des racines, ainsi qu’à revigorer le gazon. Choisissez de l’épandre lorsque le sol est humide. L’absorption sera donc plus rapide et facile.

Faire appel à un professionnel

Toutes les tâches expliquées plus haut sont chronophages, et nécessitent parfois l’utilisation de matériels spécifiques. Si vous en éprouvez le besoin, vous pouvez faire appel à différents professionnels. Ils peuvent intervenir dans le cadre de l’entretien de jardin. Il peut s’agir de professionnel indépendant ou d’entreprise spécialisée.

Le jardinier

Au vu de la quantité de travail à accomplir, vous pouvez confier le nettoyage et l’entretien de votre espace vert à un jardinier professionnel. Deux cas de figure sont alors possibles. Dans le premier, vous déléguer tout le travail tandis que dans le second cas, vous choisissez les activités précises que vous souhaitez réaliser vous-même. Les autres seront alors laissées aux bons soins du jardinier.

Ainsi, il est tout à fait normal d’établir un contrat sur mesure en fonction de vos attentes. En outre, les jardiniers proposent généralement des tarifs horaires par mètre carré. Dans le cadre d’un contrat d’entretien annuel par exemple, vous pourrez éventuellement bénéficier d’un tarif entretien jardin horaire dégressif (pas cher). Le choix d’un professionnel vous permet également d’avoir une personne qualifiée à consulter pour apporter les améliorations indispensables à votre pelouse.

L’élagueur-grimpeur

Entretenir son jardin comprend aussi l’élagage d’arbres ou même d’arbustes. Un élagueur-grimpeur doit forcément posséder un certificat de spécialisation ‘’taille et soins aux arbres’’. Contrairement à vous, il est donc suffisamment qualifié pour grimper sur un arbre de plusieurs mètres de hauteur avec une tronçonneuse.

Il procède à :

– l’élagage,

– la taille,

– l’abattage.

En outre, il est bien placé pour assurer tous les soins d’entretien nécessaires à vos arbres fruitiers par exemple. Généralement, un élagueur grimpeur appliquera un prix forfaitaire plutôt qu’un tarif horaire. Celui-ci est établi en fonction du nombre et du type d’arbres sur lesquels il doit intervenir.

Le paysagiste

Encore appelé concepteur de jardin, il s’agit d’une personne spécialiste de l’aménagement extérieur. Son rôle premier est de concevoir un plan de jardin compatible avec les désirs et envies de ses clients. Toutefois, il est aussi qualifié pour diriger et superviser la mise en œuvre de son projet. Il peut donc être à la tête d’une équipe de jardiniers qui se chargeront de concrétiser ses plans.

Dans le cadre de l’entretien de jardin, il peut arriver que vous souhaitiez que le vôtre adopte un style différent (construction d’une terrasse ou d’un abri de jardin, ajout de fontaine etc.) Dans ce cas, vous pouvez opter pour un paysagiste. Il vous apportera son expertise et ses conseils pour que votre jardin demeure un lieu magnifique. Tout comme l’élagueur et contrairement au jardinier, il applique un prix forfaitaire. Celui-ci varie selon qu’il est choisi comme maître d’œuvre ou simple concepteur.

Conseil

Dernière recommandation sur ce point, avant d’engager n’importe quel professionnel du jardinage, prenez la peine d’en contacter plusieurs. Renseignez-vous sur les prestations et services qu’ils proposent. Demandez-leur des devis suivant les travaux d’entretien que vous souhaitez réaliser. Cela vous permet non seulement d’avoir une idée du montant que vous aurez à débourser, mais surtout de sélectionner celui dont les tarifs seront compatibles avec votre budget. Par ailleurs, grâce au CESU qui couvre une grande partie des travaux de jardinage, le coût global de l’entretien effectué par un professionnel peut être réduit.

Prix/budget de l’entretien du jardin

Comme indiqué au début de ce guide, l’entretien d’un jardin entraîne un coût. Les indications suivantes vous permettront de faire le point sur le budget à prévoir pour garder la verdure et la beauté dans votre jardin tout au long de l’année. Il est avant tout important de noter que le prix moyen de l’entretien se situe entre 500 et 600 euros pour environ 200 m2 de jardin. Les critères suivants entrent en ligne de compte pour le calcul de ce prix.

La taille du jardin

Il va sans dire que plus la superficie du terrain est grande, plus le coût de son entretien sera élevé. De ce point de vue, en moyenne, vous débourserez entre 7 € et 7,50 € de l’heure, pour une surface de jardin de moins de 50 mètres carrés. Réparti sur plusieurs interventions à l’année, cela correspond à environ 360 euros. Pour un jardin de moins de 200 mètres carrés, le tarif horaire moyen est situé entre 5 € et 6,50 €. Le montant annuel obtenu avoisine environ 560 €.

Les travaux à réaliser

Outre la taille du jardin, le prix de l’entretien inclut également les différentes activités menées par le jardinier. Ce dernier indique généralement un coût au mètre carré.

  • En ce qui concerne la tonte de gazon ou pelouse, prévoyez entre 0,15 € et 0.50 €/m.
  • Le désherbage ou le débroussaillage sera facturé entre 0.10 € et 0.30 €/m.
  • Le prix de la taille de haies est compris entre 5 € et 15€/mètre linéaire.
  • L’arrachage d’arbustes, est payé entre 40€ et 120€. Enfin,
  • L’élagage ou l’abattage sont respectivement facturés entre 100€ et 500€ (à l’unité) et entre 200 € et 600€.

Dans le cas de l’abattage, la hauteur de l’arbre est prise en compte.

Le type de professionnel sélectionné

Le tarif horaire moyen d’entretien varie d’un professionnel à un autre. Toutefois, il est généralement situé entre 15 euros et 50 euros. S’il s’agit d’un jardinier indépendant (auto-entrepreneur), ce tarif oscille entre 15 et 20 euros. Par contre, l’option entreprise paysagiste agréée vous coûtera au moins 30 euros de l’heure. Tout dépend du type de résultat que vous souhaitez obtenir.

Assurer soi-même l’entretien

Dans le cas où vous préférez conduire vous-même les travaux d’entretien de votre jardin, le budget peut alors changer grandement. En effet, vous allez dans un premier temps devoir vous procurer les outils nécessaires (en fonction des tâches qui vous attendent et de la surface totale de votre jardin). En moyenne, vous devez prévoir entre 300 et 2000 euros pour un équipement de matériel d’entretien pour jardin. Notez bien que ceci n’est qu’une estimation. En effet, selon la marque et la qualité des outils que vous voudrez acheter, la facture pourrai monter beaucoup plus haut.

Par ailleurs l’autre facteur à prendre en compte dans ce cas est le facteur temps. En effet, vous devrez établir un emploi du temps précis pour faire l’arrosage, la tonte, la taille des haies et toutes les autres activités. Il faut aussi souligner que certains déchets verts issus de votre entretien devront être transportés en déchetterie. À moins d’avoir une remorque pour transporter les souches, arbustes morts et autres branchages, il faudra confier leur enlèvement à une entreprise spécialisée. Prévoyez entre 30 et 60 euros par mètre cube de déchets enlevés. Certaines mairies organisent un ramassage mensuel de déchets verts. Renseignez-vous car, il est interdit de brûler ce type de déchets chez soi, sur toute l’étendue du territoire national.

Le CESU, la TVA et les aides financières

Il n’est pas possible de parler de budget jardinage sans aborder ces points particuliers. Il s’agit d’informations complémentaires dont vous devez tenir compte et qui peuvent vous faire faire des économies.

Le CESU

Dispositif mis en place par l’État, le Chèque Emploi Service Universel ou CESU est destiné aux particuliers. Il a pour objectif de permettre et faciliter l’embauche d’un jardinier à domicile. Déclaré et payé à l’URSSAF, votre jardinier aura pour mission d’assurer tous les travaux courants de jardinage et d’entretien durant toute l’année. Le paiement par chèque emploi service peut être hebdomadaire, mensuel ou trimestriel. Sachez que le tarif horaire d’un jardinier (avec la réduction fiscale CESU) est situé entre 12 et 20 euros.

La TVA

Si vous engagez un paysagiste ou un jardinier ayant statut d’auto-entrepreneur, sachez qu’il est exonéré de TVA. En outre, les travaux d’entretien d’espace vert ainsi que les travaux de jardinage sont soumis à 20 % de TVA. Il en va de même pour les travaux de création de jardin. Enfin, notez que les opérations d’entretien réalisées par un élagueur-grimpeur professionnel sont soumises à une TVA de 10%. Ces opérations doivent être liées à la chute d’un arbre dans une habitation de plus de 2 ans pour que ce taux soit appliqué.

Les aides financières

Sachez que vous bénéficiez d’un crédit d’impôts pouvant aller jusqu’à 50% si vous payez un professionnel CESU. En outre, une aide est aussi accordée aux bénéficiaires (personnes âgées principalement) de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). Enfin, un crédit d’impôt est également accordé aux entreprises ayant l’agrément ‘’services à la personne’’. Ce crédit concerne les travaux d’entretien courant des jardins de particuliers à leur domicile (principal ou secondaire). Il peut atteindre 50% du montant des travaux, mais uniquement dans un plafond annuel de 5 000 euros par foyer fiscal.

Quelques points de réglementation à connaître

Dans toute la France, des règlements nationaux et/ou locaux sont établis en relation avec la création et l’entretien des espaces verts chez les particuliers. Voici un petit rappel de quelques règles.

– En tant que propriétaire, vous avez l’obligation de vous assurer que vos arbres ne posent aucune nuisance. Vous serez tenu pour responsable si un accident survient chez un voisin ou sur la voie publique à cause d’un arbre mal élagué par exemple.

– Dans certains départements comme la Corse, l’Aquitaine ou encore le Midi-Pyrénées est établie une obligation légale de débroussaillement. elle vise à assurer la sécurité des personnes et des biens en cas d’incendie.

– Si vos fruits tombent sur une propriété voisine, ils appartiennent au propriétaire du terrain sur lequel ils ont atterri. Toutefois, il est formellement interdit d’aller se servir directement sur les arbres d’autrui.

– Un horaire précis est autorisé pour l’utilisation des engins bruyants comme les tronçonneuses par exemple : lundi au vendredi, de 08 h 30 à 2h puis de 14 h 30 à 19 h 30 le samedi de 9h à12h et de 15h à 19 h le dimanche de 10h à midi.

Si vous avez des questionnements supplémentaires, rapprochez-vous de la Mairie dont dépend votre lieu d’habitation pour en savoir plus.

Ce qu’il faut retenir

Être propriétaire d’un jardin va de pair avec un grand nombre de responsabilités, notamment celle d’entretenir son jardin.

Le sol doit être préparé et nourri. Il faut lui ajouter du terreau et de l’engrais au besoin.

Le gazon et la pelouse doivent être bien arrosés et régulièrement tondus. Il faut, désherber, utiliser de l’herbicide si nécessaire.

Vous avez la possibilité de faire appel à un professionnel du jardinage si vous n’êtes pas en mesure de réaliser les travaux vous-même.

Des aides financières comme le CESU en rapport avec l’entretien du jardin sont mises en œuvre par l’État.

Les prix liés à l’entretien d’un jardin peuvent être résumés dans le tableau suivant.

PRIX MINIMUM /m²PRIX MAXIMUM/ m²
Entretien de jardin de moins de 50 m²7€7,50 €
Entretien de jardin de moins de 200 m²5€6,50 €
Tonte d’une pelouse0 15 €0,50€
Débroussaillage0,10 €0,30€
PRIX MINIMUMPRIX MAXIMUM
Taille de haie/mètre linéaire5 €15 €
Elagage100€500€
Arrachage d’arbustes40€120€
Abattage d’arbre200€600€
PRIX MINIMUM/HEUREPRIX MAXIMUM/HEURE
Jardinier indépendant15€20€
Entreprise spécialisée30€50 €
Astuces-Jardin.fr, 2021