manage_search

Créer un potager : réussissez votre création avec nos conseils

creation potager

Un potager est un jardin ou une partie de jardin qui peut être destiné à la production de culture vivrière. Il peut s’agir de fruits, de légumes ou de plantes aromatiques le plus souvent destinés à la consommation familiale. Il peut être réalisé sur plusieurs espaces en fonction des objectifs que vous vous fixez et des moyens dont vous disposez. L’installation d’un potager permet de résoudre en grande partie le problème d’insécurité alimentaire par une production purement biologique. Ainsi, en mettant en place votre propre potager, vous vous mettez à l’abri des risques liés aux intoxications alimentaires et vous pourrez avoir une vie plus épanouie et plus saine. Voulez-vous installer un potager à domicile ? Sachez que sa mise en place demande du temps, de la passion et une connaissance avérée dans le domaine. En fonction de l’emplacement du jardin et de la nature des semences, la procédure à adopter peut varier. Voici selon le cas, les conditions à remplir et l’essentiel à savoir pour installer le vôtre.

Pourquoi créer un potager ?

Le potager n’est pas réservé à ceux qui ont un grand terrain ou beaucoup de temps pour s’en occuper. En réalité, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir un potager :

  • Faire un geste écologique pour la planète
  • Adopter une alimentation plus saine
  • Développer un passe-temps bon pour la santé mentale
  • Développer ses connaissances et pouvoir les partager

Pour qui ?

Les potagers sont pour tout le monde ! Dès l’instant que vous avez une fenêtre et une jardinière, vous pouvez commencer à planter. Ainsi, tous ceux qui veulent avoir le plaisir de manger quelque chose qu’ils ont fait pousser, même si ce n’est qu’une herbe aromatique, peuvent commencer un potager, tout comme ceux qui ont un grand terrain et aimeraient en faire quelques chose d’utile.

Les questions à se poser avant de se lancer

Même si tout le monde peut se lancer dans la culture de légumes, cela ne veut pas dire qu’il faut s’y lancer tête baissée ! Afin de mener au mieux à bien votre projet, vous devez vous poser quelques questions, afin de déterminer au mieux quel type de potager vous désirez :

  • Vais-je planter uniquement des légumes ?
  • Le sol de mon jardin est-il adapté aux plantations que j’ai choisies ?
  • Quel type de potager je choisis ? (En pleine terre, en hauteur, en carré, en intérieur, etc)
  • Sur quelle surface dois-je étendre mes plantations ?
  • Comment vais-je protéger mes plantes des intempéries ?

Quelles dimensions pour un potager ?

La taille de votre potager va dépendre de votre but ainsi que de l’emplacement. Si vous avez un jardin et que vous souhaitez vous lancer dans votre premier projet, une surface de 20 à 50 m² va vous suffire pour faire pousser vos premiers légumes. Vous pouvez prévoir de la place pour ensuite l’agrandir.
Si vous commencez la culture sur votre balcon, une ou deux jardinières d’une cinquantaine de centimètres ou des pots peuvent suffire pour faire pousser de petits légumes ou des aromates. Vous pouvez aussi investir dans des bacs en hauteur, sur pieds, si vous souhaitez avoir plus de place.
Si vous n’avez qu’une fenêtre, une jardinière suffit ! Il existe des modèles permettant de conserver la fenêtre fermée.
Pour vous y retrouver, nous vous proposons un tableau récapitulatif

Taille en m²Nombre de personne que peut nourrir le potager
Moins de 10 m²Une à deux personnes
De 10 à 50 m²Deux à trois personnes
De 50 à 100 m²Quatre à cinq personnes
Plus de 100 m²Plus de cinq personnes

Comment faire un potager ?

La réalisation d’un potager passe par le respect de certaines règles. Voici quelques astuces pour vous aider à répondre à la question comment faire un potager ?

Le choix d’un emplacement

Pour jardiner, vous devez mettre un accent sur l’espace qui est le sol. Opter pour la terre légère et facile à travailler serait d’une grande importance. En effet si le sol est léger, les racines des plantes auront la facilité à s’installer afin de donner une bonne base à la plante.

La préparation de l’espace

Une fois le terrain choisi, il faut procéder à son nettoyage. Cette tâche consiste à débarrasser le sol des mauvaises herbes et des objets qui ne concourent pas à une bonne récolte. Vous pouvez faire le nettoyage de façon manuelle, chimique, ou encore motorisé. Le type d’entretien auquel vous aurez affaire dépend de la plantation à mettre en place. Avec des espèces végétales un peu fragiles comme la tomate et les légumes par exemple, il faut un nettoyage très rigoureux. Ces plantes résistent peu à l’encombrement et aux mauvaises herbes. Par contre, avec des fruitiers comme l’oranger, vous n’aurez pas à fournir beaucoup d’effort sur le plan de l’entretien.

Réalisation des planches et de la pépinière

Les planches sont de petits espaces délimités puis ameublis sur lesquels les plantes sont installées. C’est sur ces dernières que peuvent se faire la pépinière et la mise en place définitive des plants.

La pépinière est un espace aménagé et surélevé pour recevoir les semences des plantes. Il y a des cultures dont le semis n’est pas direct (tomates). Vous pourrez voir des plantes dont la semence est très dure et demande une période de levée de dormance. La levée de dormance consiste à mettre la semence dans l’eau (simple ou chaude) pendant environ trois à cinq jours avant de passer à l’étape pépinière. Elle permet de rendre les graines moins dures pour faciliter leur germination.

Transplantation et suivi des plants

Une fois que l’étape de la pépinière arrive à son terme, il faut mettre les plants sur leur lieu définitif. Respectez les écartements exigés par les cultures que vous voulez mettre en place pour éviter la surcharge et les densités trop faibles. Suivez la culture en faisant des entretiens réguliers pour assurer un meilleur développement et une bonne production de fruits.

Les étapes principales pour faire un potager

Si vous ne savez pas comment mettre sur pied un jardin, on vous résume ci-dessous les différentes étapes à suivre pour y arriver.

Choisir la parcelle

Sans parcelle, il ne peut avoir de jardin. Ainsi, il se pose la question du choix de l’espace adéquat à votre projet de jardinage. L’idéal serait d’opter pour un terrain plat, facile d’accès et dont les conditions climatiques sont favorables. L’accès à l’eau doit être un critère de choix de votre site. Si toutes ces conditions sont remplies, passez à l’étape suivante.

Faire un plan de potager

Le plan d’un potager permet d’orienter les activités dans un sens et de savoir exactement ce qu’il y a à faire. Pour faire un plan de potager, il faut connaître l’espace total disponible, l’espace à octroyer aux cultures et celle aux matériels. Un bon plan de potager prend en compte :

La disposition des planches ou des substrats de culture

Il est important de planifier une bonne utilisation de l’espace sur lequel les cultures seront installées. Il faut disposer les plants de sorte à ne pas gaspiller un seul centimètre carré. Faire des dispositions bien alignées sur des allées de quelques centimètres par exemple est un moyen pour gagner en espace.

Le magasin de stockage

Pour produire, vous avez forcément besoin de matériels et d’intrants de production. Il vous faut cependant un endroit pour disposer tous ces équipements et matières premières. Dans la réalisation de votre plan, il faudra mettre un accent sur l’espace à réserver au magasin de stockage des matériels, des intrants et même des produits du potager. Ce magasin doit tenir compte de la production pour ne pas prendre plus d’espace que prévu.
Avec ces différents éléments, vous avez l’essentiel pour réussir la réalisation de votre potager chez vous.

Désherber le site

Le désherbage peut se faire de deux différentes façons : avec incinération et sans incinération. Dans le premier cas, il consiste à utiliser la méthode de brûlis pour rendre le terrain propre. Les cendres qui en résultent peuvent servir d’humus et de fertilisant. Toutefois, il faudra faire attention à cette technique, car elle présente des risques liés à l’environnement.

Dans le deuxième cas, il consiste à recourir à une désherbeuse. Une autre façon serait d’utiliser des produits chimiques (herbicides et fongicides) qui stoppent la prolifération des plantes adventices et empêchent l’attaque des parasites.

Aménager le site

Après avoir désherbé le site, son aménagement est la première chose à faire. À ce titre, il faudra délimiter la parcelle, définir les allées, installer les tuyaux d’irrigation, et réserver un espace pour le stockage des matériaux de jardinage.

Faire le labour

C’est l’étape qui consiste à confectionner des planches, des buttes ou des casiers en fonction dutype de culture à installer. Si l’espace vous le permet, réalisez des planches ou des casiers de 3 m sur 1 m. Dans le cas contraire, privilégiez un potager en culture hors-sol. Toutefois, n’oubliez pas de répandre de l’engrais ou du compost sur la terre retournée, d’arroser le tout et de recouvrir avec la paille. Laissez reposer 2 à 3 semaines.

Passer au semis

Il existe deux modes de semis (direct et indirect), lesquels varient en fonction de la nature des semences. Le semis direct est réservé aux cultures ayant un cycle direct. Il s’agit notamment du haricot vert, du concombre, du radis et d’autres légumes. Quant au semis indirect, il consiste dans un premier temps à réaliser une pépinière. Cette dernière vise à semer les graines sur un espace provisoire puis à faire le repiquage dans une zone définitive où elles passeront le reste du cycle.

Ce mode de semis est réservé pour l’oignon, les tomates, la carotte, le chou, les légumes feuilles, la betterave, etc. Notez également qu’il faudra respecter les écarts entre les plants à mettre en terre. Ceux-ci varient en fonction des espèces végétales. N’oubliez surtout pas d’arroser les graines semées directement ou issues de repiquage.

Faire le suivi

C’est la phase d’entretien des plantations. Elle consiste à assurer un arrosage régulier, à biner le sol si celui-ci est trop dur et à apporter différents traitements phytosanitaires. Un buttage peut se révéler également utile. Il favorise l’enfouissement en profondeur des racines. Pour ce qui est de la phase des récoltes, vous n’avez pas besoin d’attendre une année. 1 à 2 mois suffisent pour jouir des fruits de vos efforts.

En résumé, la création d’un potager est une question de stratégie. Si malgré ces conseils vous avez toujours du mal à installer le vôtre, faites recours à un professionnel du domaine. Ses conseils vous seront d’une grande utilité et vous orienteront à bon escient.

Débutant ? Les conseils pour réussir son premier potager simple

Il n’est pas facile à un novice de faire ses premiers pas dans le domaine du jardinage. Pour faire un potager en tant que débutant et gagner d’expérience en une année, vous devez :

Bien choisir votre emplacement

Le lieu où vous allez mettre votre potager doit être d’abord sécurisé. Ça doit être un endroit où des instruits ne viendront pas dérober votre production. La terre doit aussi être bien riche pour vous éviter à faire des amendements après. Un substrat riche en éléments nutritifs prend généralement une couleur noire.
Cela montre qu’il y a de la décomposition de matière sur votre sol. Ensuite, lorsque vous prenez une portion de sable dans votre main, elle ne doit pas être dure. De plus, il faut choisir un emplacement sur lequel il vous sera facile de surveiller votre culture surtout contre les animaux comme certaines espèces d’oiseaux.

Bien choisir les cultures à mettre

Le choix de la culture à mettre en place est très primordial. En effet, il y a des cultures qui sont très exigeantes et qui ne vont pas vous faciliter la tâche. Il s’agit surtout de celles qui ne trouvent pas des conditions optimales pour leur développement dans votre localité. Vous devez cultiver les variétés locales qui sont souvent présentes dans votre région pour faciliter leur adaptation au milieu. Ces variétés ne demandent rien de grand et peuvent supporter les conditions de toutes les saisons de l’année (hiver, printemps, automne).

Se faire accompagner par un professionnel de jardin

Si vous n’aviez aucune notion de base dans le domaine agricole, il serait judicieux de vous faire assister par un professionnel qui vous aidera dans l’installation de votre jardin. L’aide d’un proche un peu plus expérimenté sera aussi la bienvenue. Il vous sera ainsi plus facile de mettre en application nos conseils et d’éviter des erreurs.

Quels légumes pour commencer un potager ?

Si vous débutez dans le jardinage, choisissez des légumes et des plantes aromatiques qui ne demandent pas beaucoup de travail, qui poussent presque toutes seules et qui se protègent entre elles : les carottes avec les poireaux, les radis et les navets, les salades et les choux, etc.
Pour des cultures sur un balcon, une terrasse ou dans une jardinière à une fenêtre, vous serez un peu plus limités dans vos choix. Privilégiez ainsi les petites plantes aromatiques (menthe, thym, coriandre, etc) et les plantes qui poussent verticalement, comme la tomate.

Les différents potagers selon l’emplacement

Même si votre potager n’est pas dans un grand jardin, il est quand même nécessaire d’en prendre soin, mais selon l’emplacement, il ne demandera pas la même attention. Selon le type de plante que vous choisissez, le contenant, l’ensoleillement, la méthode ne sera pas la même.

Réussir son potager sur son balcon

creer potager sur balcon

Afin de faire une production autonome et de vous rassurer de la qualité de vos aliments, vous pouvez faire des potagers sur un balcon et la terrasse de votre maison. Il faut juste respecter certaines conditions et vous donner les moyens d’y arriver.

Conditions de réalisation d’un potager sur balcon

Le premier facteur dont une plante a besoin pour accroître sa production foliaire est la lumière du soleil. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de démarrer ses plantations en printemps. C’est la lumière qui stimule la photosynthèse et permet aux plantes d’avoir des feuilles bien développées. Pour ce fait, vous devez vous assurer que votre potager soit en contact avec la lumière du jour.

Il n’est pas rare de constater sur certains balcons le passage régulier de vents qui peuvent être violents surtout en hiver. Il faut alors mettre en place un dispositif pour protéger vos cultures afin de réduire l’incidence de ces derniers. Si les cultures n’étaient pas bien installées, elles pourraient s’arracher du substrat sur lequel elles sont installées.

Les arbustes comme les rosiers et les arbres fruitiers ne peuvent pas se développer proche de votre balcon vu leur taille quand bien même ils assurent la décoration de l’interieur de la maison.

Les moyens et matériels nécessaires pour un potager sur balcon

Les matériaux utilisés pour construire les balcons ne favorisent pas une production culturale. Vous pouvez donc utiliser un bac en bois, des pots de fleurs ou une jardinière dans lesquels vous mettez du terreau ou du compost. Vous pouvez opter pour la pratique de la permaculture en faisant de bonnes associations culturales et ainsi éloigner les insectes de vos radis et haricots.

Comment faire un potager en exploitant sur cour ?

Que votre cour soit libre ou pas, vous pouvez bien l’utiliser pour la création d’un potager. Cette façon de faire vous évite de chercher un autre site avant de profiter de très bons légumes.

Réalisez un potager sans retourner la terre

potager sans retourner la terre

Nombreuses sont les personnes qui préfèrent ce type de potager en raison des avantages qu’il offre. En effet, le fait de ne pas retourner la terre dans votre potager permet à votre plantation de bénéficier directement des matières organiques qui se trouvent au sol. Cela vous permet également de gagner du temps et vous évite de dépenser de l’énergie pour le sarclage, le labour et bien d’autres activités culturales.

De plus, faire un jardin sans travailler la terre vous épargne des blessures enregistrées lors de la pratique. Si vous souhaitez œuvrer pour la création de ce type de potager, la procédure est simple et ne nécessite pas de gros moyens. Sachez au préalable que c’est un travail qui peut se faire sur tout type de terrain. Il est praticable dans une prairie, sur des friches, dans des champs d’herbes folles et même sur une zone cultivée laissée à l’abandon.

La première des choses à faire est de délimiter la zone à cultiver. C’est une étape qui nécessite beaucoup d’attention surtout si vous souhaitez faire l’implantation de votre potager en printemps ou en automne. La deuxième des choses à faire est d’étaler de la matière organique sur la terre qui n’a pas été retournée. Pour cette opération, utilisez les feuilles mortes broyées, du compost, des résidus de tonte de gazon ou optez pour le paillage.

Ce dernier est important pour des jardins en permaculture. Il retient l’humidité, prévient l’érosion et permet de créer un écosystème sain. Une fois étalé, laissez la zone choisie en jachère le temps que les micro-organismes se décomposent et pénètrent le sol.

Après cette période, vous pouvez passer à la mise en terre de vos cultures. C’est l’étape qui consiste à faire de petits trous ou à écarter le paillis pour y mettre les graines ou les jeunes plants. Une fois la mise en terre effectuée, refermez les trous et arrosez les plants. Il ne vous reste plus qu’à faire un suivi et à attendre 1 à 2 mois la récolte.

Réalisez un potager sur votre pelouse

potager sur une pelouse

Si votre objectif est de transformer votre pelouse en potager, pensez dans un temps à délimiter le site. Prenez le temps de bien identifier les allées et les zones où passeront les tuyaux d’arrosage. En second point, servez-vous d’une débroussailleuse ou d’une tondeuse pour tailler les espaces verts.

Vous pouvez laisser les résidus d’herbes sur place. Elles serviront de fertilisant. Un coup de grelinette sur la surface aménagée favorisera d’ailleurs son aération. Pour aller plus loin, vous pouvez utiliser une fourche-bêche pour retourner le sol. Cela le rendra facilement perméable. Toutefois, étalez-y de la paille. Elle évite les risques d’érosion.

En un troisième point, faites le semis ou le repiquage des plantes. Cette dernière option est plus simple et vous permet de gagner du temps. Il vous suffit de vous procurer les plants ou les fleurs à repiquer auprès d’un jardinier. Si vous désirez donner vie à un potager bio, sachez que cela est bien possible. L’aspect bio exclut l’utilisation de produits chimiques. Privilégiez donc le compost et le terreau au détriment des engrais chimiques. De plus, optez pour des produits de traitements phytosanitaires naturels comme la cendre, l’eau savonneuse et des huiles essentielles (huile de Neem par exemple).

Comment faire un potager sur un toit ?

faire un potager sur le toit

Ce type de potager est envisageable lorsque vous ne disposez pas d’espace chez vous. Si vous souhaitez installer un potager sur le toit de votre maison, vous devez tout d’abord penser à choisir un bon emplacement. Veillez à ce que la zone définie reçoive un bon ensoleillement en journée. Évitez aussi qu’elle soit exposée à un grand courant d’air. Le cas échéant, installez des brise-vents ou une toile.

Par ailleurs, assurez-vous que vous avez de l’eau à proximité pour l’arrosage. Prévoyez par exemple un récupérateur d’eau de pluie. Cela vous sera d’une grande utilité. Une fois que les conditions sont favorables à l’installation d’un potager, aménagez ensuite votre toit.

À ce titre, il est important que vous ayez une zone pour abriter les plants, pour ranger les accessoires de jardinage et pour stocker du terreau. Si vous disposez d’espace sur le toit, vous pouvez toujours prévoir une aire de repos. Enfin, passez à la phase d’installation proprement dite de votre potager. Elle se résume en plusieurs activités.

Acquisition de carré potager ou utilisation de bacs surélevés

Construire potager surélevé

Vous êtes sans doute d’accord qu’il n’est pas possible de cultiver directement sur la toiture de votre maison. De ce fait, la culture hors-sol est la meilleure alternative à envisager pour remédier à ce problème. Elle consiste à mettre votre jardin en place dans des pots en bois de différentes formes. Vous pouvez faire appel à une entreprise spécialisée dans la vente d’outils de jardinage pour la livraison de carré potager.

Assurez-vous que les bacs choisis ont une profondeur de 20 à 30 cm. Si vous souffrez d’un quelconque mal, en particulier des problèmes de dos, privilégiez un potager surélevé. Il est plus pratique et vous permet de cultiver l’espèce de votre choix, qu’il s’agisse des légumes feuilles ou des légumes racines.

Installation d’un système de drainage d’eau

L’arrosage est l’un des éléments clés lorsque vous avez un projet d’implantation de potagers sur le toit. Pour avoir les bons résultats, vous devez veiller à ne pas exposer la racine de vos plants à un excès d’eaux. Il est préférable pour ce type de jardinage de donner du prix à un système d’irrigation goutte à goutte.

Il est très efficace et consiste à donner à chaque plant une petite quantité d’eau : celle qui assurera sa croissance. Un plombier peut vous aider à cet effet. Une autre solution vise à perforer petitement le fond des bacs et des pots. Elle est très simple à réaliser et permettra à l’eau de s’écouler facilement en cas d’excès.

Remplissage des bacs ou des pots avec de la bonne terre

Il est capital à ce titre de mettre une terre riche et favorable à la production dans les bacs que vous achèterez. Bien avant, étalez sur le sol une bâche. Celle-ci évitera l’apparition de moisissure et la pourriture du matériel utilisé. Une fois que c’est fait, remplissez les pots. Vous avez la possibilité d’utiliser la drêche, la vermiculite ou la perlite.

L’utilisation d’une terre agricole mélangée au compost ou au terreau peut être très efficace et moins chère. Toutefois, pensez également au paillage de votre potager. À cet effet, l’utilisation des déchets verts broyés ou des copeaux de bois peut vous être d’une grande utilité. Il ne vous reste plus qu’à mettre vos plants en terre et à assurer un suivi.

Les facteurs qui font varier le prix d’une création de potager

Un potager peut sembler assez peu onéreux, pourtant, l’emplacement, les équipements ou encore la surface peuvent faire varier le prix total que vous allez investir.

La surface

Évidemment, plus la surface à cultiver sera grande, plus vous devrez investir en terreau, en semis et éventuellement en engrais si vous en utilisez.

Le type d’équipement

Un potager pleine terre ne va pas demander beaucoup d’équipement, si ce n’est des planches pour le délimiter. Si vous choisissez de planter hors terre, dans des jardinières en hauteur par exemple, cela vous coûtera un peu plus cher, et à l’inverse, si vous n’utilisez que des pots, cela sera moins onéreux.
À cela, ajoutez le prix des outils spécifiques à la culture potagère, telle que la griffe ou la grelinette, outils qui ne sont pas nécessairement présents dans tous les garages.

Les plantations

Certains légumes ou herbes sont moins chers que d’autres et ont un très bon rendement. Ainsi, certaines variétés de tomates vous coûteront moins de deux euros à planter et fourniront jusqu’à 2kg de fruit par pieds. A l’inverse, d’autres semis seront un peu plus onéreux, tels que certaines variétés de fruits et de légumes.

Type de potagerPrix
Potager pleine terreEnviron une cinquantaine d’euros (pour le terreau, les graines, prévoir un peu plus s’il faut acheter les outils)
Potager en carréEnviron une centaine d’euros par carré
Potager sur piedEntre 100 et 200 euros par jardinière sur pied
Potager sur fenêtreUne dizaine d’euros par jardinière, une vingtaine pour les graines et le terreau

Astuces pour créer son potager pas cher

potager pas cher

Beaucoup se demandent comment réussir la création de potager pas cher. C’est bien possible si vous savez quoi faire et comment vous y prendre. Pour savoir comment faire un potager pas cher, il suffit de respecter les conseils suivants :

Choisir des cultures peu onéreuses

Certaines graines de légumes coûtent assez peu chères, et ont un rendement assez important, tels que les tomates, la laitue, les carottes ou encore les radis. La plupart des jardineries vendent des semis de ces légumes pour 1 à 5 euros le paquet. Par ailleurs, une fois les légumes ramassés, non seulement les plants continuent à donner d’autres récoltes chaque saison, mais en plus, vous pouvez aussi replanter d’autres plants à partir des restes des légumes (tronc de salade, pépins de tomates, etc).

Utiliser le matériel domestique

Pour limiter les dépenses en matière de matériel ou d’outils, vous pouvez vous servir de certains accessoires qui sont déjà disponibles dans vos maisons. Il s’agit par exemple de la houe, du coupe-coupe du râteau, etc. En utilisant ces matériels, vous réduisez ainsi le coût de votre investissement et vous pourrez créer votre potager sans vraiment vous soucier des dépenses sur l’équipement.

Se servir de ce que la nature offre dans votre environnement

Sur le lieu d’installation de votre potager, vous aurez certainement des choses ou des outils que la nature vous offrira. Par exemple les branchages d’arbre pour faire le paillage, les tiges d’arbre ou de plantes spontanés pour faire les piquets ou même les troncs d’arbre pour réaliser les bacs en bois. Il existe une multitude de choses dont vous pouvez profiter pour créer votre potager sans avoir à dépenser de l’argent.

Utiliser les herbicides et les engrais faits maison

Pour l’entretien de vos légumes fruits et plantes aromatiques, optez pour les herbicides et les engrais faits maison. Ils vous permettront de limiter vos dépenses tout en faisant une production biologique. L’eau bouillante, le sel de cuisine, le vinaigre blanc, le bicarbonate et même des produits de vaisselle peuvent vous permettre de désherber votre culture à moindre coût.

Faire son engrais grâce au compost

Pour économiser sur l’engrais et le terreau, vous pouvez créer un compost avec vos épluchures et vos déchets organiques. Placez-les dans un contenant étanche et laissez-les maturer. Assurez-vous que votre compost soit assez humide (mais pas trop ! il pourrait pourrir) et aérez-le régulièrement en le mélangeant. Vous faites ainsi un geste pour la planète en recyclant naturellement vos déchets, et vous créez un engrais efficace pour votre potager.

Recueillir les eaux de ménages et de pluies pour l’arrosage

Pour l’arrosage de vos plants, utilisez l’eau de ménages qui ne sert plus à quelque chose ou des eaux de pluie recueillies. Ainsi, vous n’aurez pas à dépenser pour l’arrosage. Une fois que votre système de recueillement de l’eau sera mis en place, vous allez en profiter pendant une très longue durée et réaliser ainsi des économies.

Focus sur la box jardinage pour faire un potager

box jardinage

La box jardinage pour potager est un kit de graines et de matériel vous permettant de faire pousser vos propres plantes, que ce soient des fruits, des légumes ou encore des fleurs.
Vous pouvez aussi recevoir directement des bouquets de fleurs, ou encore des plantes destinées aux enfants avec des activités nature pensées spécialement pour eux. Il vous suffit ainsi de choisir la formule qui vous intéresse ainsi que la durée de l’abonnement.

En général, ce dernier peut durer entre un mois et un an. Parfois, la livraison se fait par saison, c’est-à-dire tous les trois mois. Une fois votre coffret reçu, il vous reste à semer vos plantes, les arroser et les regarder pousser !

Les avantages

Même si vous n’avez pas la main verte, chaque boîte est accompagnée d’une fiche explicative vous guidant sur la plantation et l’entretien de vos végétaux.
Par ailleurs, pas besoin non plus d’acheter du matériel : il est aussi fourni. En somme, tout vous est apporté directement à la maison et vous pouvez retrouver le plaisir de passer du temps dans votre jardin ou sur votre balcon.
En effet, même si vous n’avez pas beaucoup de place, la plupart des fabricants pensent leur box pour que les plantes puissent être cultivées dans des pots et non directement en terre.

Accessibles à des prix raisonnables

En général, ce genre de box vous coûtera autour d’une vingtaine d’euros par mois, selon la quantité de plantes et matériel que vous recevez ainsi que leur qualité et leur origine.
Les coffrets de bouquets de fleurs, eux, sont un peu plus onéreux, leur tarif débutant autour d’une quarantaine d’euros.

Notez que la plupart des marques proposent des offres de bienvenue et des réductions durant l’année vous permettant d’économiser. Les abonnements sont aussi la majorité du temps sans engagement, vous pourrez donc le stopper sans frais supplémentaires.

Notre avis sur la création de potager

Le jardinage est un passe-temps relaxant qui coûte très peu cher et qui devient même utile ! Vous aurez un grand sentiment de satisfaction lorsque vous pourrez consommer les produits que vous avez cultivés. Vous pouvez ainsi prendre soin de votre jardin en l’aménageant, tout en faisant un geste pour la planète et pour votre santé.
Cultiver des légumes vous aide ainsi à en manger plus et vous réduisez aussi votre empreinte carbone.

FAQ

Comment préparer la terre pour faire un potager ?

Afin que le sol soit le plus apte à recevoir vos futures plantations, pensez d’abord à retirer les mauvaises herbes, à dégrossir puis à aérer la terre. Pour cela, commencez par mettre le sol à niveau si besoins. Ensuite, servez-vous d’un outil avec des dents (râteau, grelinette, griffe, etc) et enfoncez-le dans le sol, agitez le légèrement en arrière, puis recommencez tous les 20 à 30 centimètres. Otez le plus possible de cailloux.
Si votre potager n’est pas en pleine terre, mais dans des pots, servez-vous de terreau adapté à la pousse de légumes. Lorsque vous placez la terre dans le pot, émiettez-la le plus possible puis aérez la terre.

Quelle période pour créer un potager ?

La meilleure période pour créer son potager est à la fin de l’automne, afin que les légumes puissent pousser et se développer durant le printemps. Une fois une saison passée, à l’automne suivant, vous pouvez récolter les derniers légumes qui ont poussé, retirer les plants qui n’ont pas tenu et en replanter d’autres

Partager ce contenu

Astuces-Jardin.fr, 2023