Logo Astuces-Jardin.fr
Icône de menu hamburger
Astuces-Jardin.fr, 2021

Comment bien gérer son arrosage

  1. Entretien du jardin >
  2. Arroser pelouse >
  3. L’arrosage
L'arrosage

Le système de robinet d’arrosage : pour une bonne gestion de l’eau

Pour arroser de façon efficace son jardin, l’installation d’un robinet d’arrosage à l’extérieur et parfois à l’intérieur de la maison est nécessaire. Cela facilite l’accès en eau des plantes et permet d’économiser du temps. Son installation en terrasse peut être assez complexe. Il est, d’ailleurs, recommandé d’avoir plusieurs robinets d’arrosage à l’extérieure de la maison. On peut adapter aux robinets d’arrosage plusieurs types de raccords comme les cannelés. Le prix d’un robinet d’arrosage automatique varie entre 8 à 480 euros selon le modèle choisi. Vous pouvez aussi disposer de plusieurs arroseur de jardin.

Le système d’arrosage automatique : pour automatiser l’arrosage des plantes

Jardiner peut demander beaucoup de temps et de ressources. Les plantes peuvent, en effet, être très voraces en eau et plutôt capricieuses. Elles ne consomment pas, toutes, la même quantité d’eau. C’est là qu’intervient l’arrosage automatique. Il permet de gagner du temps et d’économie en eau tout en apportant la quantité nécessaire à votre jardin.

Comment fonctionne un arrosage automatique ?

L’arrosage automatique est composé de plusieurs tuyaux dotés d’arroseurs et d’une turbine d’arrosage. Il peut s’agir d’un système rotatif associé à un récupérateur de pluie pour permettre des massifs en eau. Il existe, principalement, deux types d’arrosages automatiques : l’arrosage automatique de surface ou enterré.

Ce système d’arrosage fait intervenir des programmateurs permettant de fixer les heures de déclenchement de l’arrosage. Les arrosages peuvent, ainsi, être planifiés selon des fréquences bien définies. En effet, certaines plantes doivent être arrosées 2 ou 3 fois par jour. Les tomates dans un potager, par exemple, ne nécessitent pas le même débit d’eau que les fleurs d’un jardin. Plusieurs réseaux peuvent être commandés à partir d’un système d’irrigation automatique muni de programmateur.

Vous avez la possibilité d’effectuer plusieurs arrosages en même temps, et ce, sur des durées préalablement fixées. L’arrosage est surtout déclenché par une sonde d’humidité lorsque le sol est sec. C’est un système d’arrosage utilisé non seulement pour les potagers, mais également pour les gazons et les pelouses.

Les propriétaires ont la possibilité d’arroser leurs jardins même lorsqu’ils sont absents. En effet, l’arrosage peut être déclenché à distance avec les objets connectés après le paramétrage adéquat.

On peut également associer le système d’arrosage à une station météo pour stopper l’irrigation en cas de pluie. Il existe plusieurs types d’arrosages automatiques qui varient selon l’utilisation et la surface à irriguer.

Les programmateurs : pour définir l’heure de l’arrosage

Appelés minuterie d’arrosage, les programmateurs sont les éléments qui rendent possible l’automatisation du système d’arrosage. Ils permettent d’avoir un arrosage intelligent. Grâce aux programmateurs, l’irrigation du potager ou de la pelouse se fait en fonction du sol ou de la météo régionale.

Il existe plusieurs modèles de programmateurs.

  • Le programmateur déporté ;
  • Les Programmateurs sur secteur ;
  • Les Programmateurs nez de robinet ;
  • Les Programmateurs à pile ;
  • Les Programmateurs connectés utilisant wifi ou Bluetooth ;
  • Le programmateur arrosage 4 voies.

Les tuyaux microporeux et les électrovannes, pour gérer l’ouverture et la fermeture

Les tuyaux micro poreux sont également utilisés dans un système d’arrosage automatique. Associés à un paillage, ils peuvent s’avérer très efficaces. Les tuyaux microporeux sont également munis de programmateurs permettant d’arroser à différents moments de la journée ou de la nuit. Les micros Vannes d’arrosages sont également des éléments très importants pour un réseau d’irrigation. Leur fonction est de gérer l’ouverture et la fermeture automatique des vannes. Ils permettent, ainsi, de limiter l’utilisation de l’eau au strict nécessaire.

Dans certains systèmes d’arrosage plus avancés, la distribution et la régulation du débit d’eau peuvent être organisées pour être parfaitement adaptées au type de sol et à la surface de votre jardin. Son installation se fait en terre dans un angle déterminé du jardin. Il doit relier la robinetterie et la tuyauterie au reste du système. Il existe 2 types d’électrovannes : l’électrovanne 24 volts et l’électrovanne 9 volts.

Le système d’irrigation solaire alimenté par l’énergie solaire

Il s’agit d’un système d’irrigation automatique reposant sur l’utilisation d’une énergie solaire. Une pompe solaire est capable d’arroser plusieurs plantes sur une grande surface. Son avantage est qu’il est compatible avec les accessoires habituels du jardinage.

Avec une pompe d’irrigation solaire, l’eau peut être remontée à près de 3 m de profondeurs d’une source naturelle, d’un seau ou d’un récupérateur de pluie. Elle se déclenche de façon automatique 2 à 3 fois par jour, le matin et le soir. Sa durée de fonctionnement est réglable selon les attentes, allant de 30 s à 15 min. Quant à sa capacité d’irrigation, elle va de 0,1 à 13 litres d’eau maximum par jour.

Le système d’irrigation solaire a également l’avantage de permettre une économie d’énergie et d’arroser directement à la terre. La composition d’un système d’irrigation solaire prend en compte un panneau solaire cristallin déporté de 1 W, environ 15 tubes en T, 15 buses d’arrosages, une pompe solaire à membrane et 5 m de tuyeau. Elle dispose également d’une batterie rechargeable NiMh de 1200 mâts, pour 6 v intégrés.

Prix de l’installation d’un arrosage automatique

Le prix d’installation d’un arrosage automatique est déterminé en fonction des avantages et du modèle. Le plus cher est sans doute l’arrosage automatique enterré. Son prix est fixé en fonction d’un certain nombre de critères :

  • Le diamètre pour les tuyères ;
  • Le nombre d’électrovannes à installer ;
  • Le type d’asperseur ;
  • Le type de programmateur choisi ;
  • Le coût de la main-d’œuvre ;
  • Le transport des fournitures ;
  • La location des engins ;
  • Le déplacement des ouvriers.

En ce qui concerne l’arrosage automatique de surface, le prix varie en fonction du nombre de goutteurs intégré, du type programmateur, du tuyau goutte à goutte ou microporeux installé, du micro jet. La charge de la main-d’œuvre doit également être prise en compte si le système est installé par un professionnel.

Le prix d’un programmateur d’arrosage oscille entre 50 et 200 euros. Avec un raccord nez de robinet, un arrosage goutte à goutte vaut environ 80 euros. S’il est installé par un professionnel, il peut aller jusqu’à 100 euros.

Pour faire fonctionner efficacement un système d’irrigation automatique, il faut prévoir environ 10 euros le mètre carré pour la surface arrosée. Par ailleurs, le prix de l’arrosage automatique s’évalue également en fonction de la qualité des matériaux utilisés pour l’installation. Pour l’arrosage automatique enterré, il faut donc prévoir entre 10 et 15 euros le mètre carré pour une superficie de moins de 200 mètres carrés. Le prix diminue en fonction de la grandeur de la surface. Par exemple, pour un jardin de 1000 à 1500 mètres carrés, le prix de l’arrosage automatique enterré oscillera entre 5 et 7 euros le mètre carré. Ce tarif pas cher peut aussi augmenter si un aménagement particulier est effectué sur le terrain.

Pour l’arrosage automatique de surface, le prix du kit d’installation est compris entre 3 et 6 euros le mètre carré. Il est peu cher et s’adapte à tous les budgets. N’hésitez pas à demander les conseils nécessaires à un professionnel avant de commencer les travaux.

Inconvénient d’un système d’irrigation automatique

Bien qu’il permette une très bonne irrigation, l’arrosage automatique présente tout de même certains inconvénients. Cela concerne surtout la complexité de son installation. On peut, heureusement, faire appel à un paysagiste professionnel afin d’avoir un travail bien fait à moindre coût.

Le système d’arrosage goutte à goutte : pour économiser de l’eau

Arroser son potager et ses plants de tomates une goutte à la fois peut sembler impossible. Cependant, le progrès a permis de mettre en place un système d’irrigation spécialement adapté pour ce type de situation. Communément appelé micro-irrigation ou arrosage goutte à goutte, c’est le système idéal pour économiser du temps et beaucoup d’eau.

Un système écologique

L’arroseur goutte à goutte constitue une solution très écologique. C’est la méthode idéale pour utiliser rationnellement l’eau. En effet, cette dernière est libérée exactement à l’endroit voulu en évitant tout gaspillage. C’est tout le contraire d’un arrosage par aspersion.

L’un des avantages de ce système d’arrosage est que cela limite la prolifération des mauvaises herbes. De plus, on obtient à travers ce système une réduction des évaporations. Les maladies fongiques sont également limitées puisque le feuillage n’est plus inutilement mouillé.

Le procédé et les composants de l’arrosage goutte à goutte

L’objectif principal de l’installation d’un arrosage goutte à goutte, c’est une distribution équitable de l’eau pour permettre un développement adéquat des plants. À travers un principe de modularité de la minuterie d’arrosage, l’eau est conduite directement vers les zones racinaires des plantes. Le liquide peut arroser directement la rhizosphère ou circuler à la surface du sol grâce aux tuyaux placés en surface.

Le système fait intervenir un détendeur de pression d’eau, des tuyères résistantes aux UV et différents types d’asperseurs ou de goutteurs. Ces différents composants s’harmonisent pour donner un système innovant et surtout économique.

L’arrosage goutte à goutte enterré

Il est installé de façon invisible dans le sol. Ce type d’arrosage permet d’irriguer les pelouses et les bordures. Séparés par 30 cm de long, les goutteurs doivent fournir environ 1,6 litre d’eau par heure. Ils se referment ensuite de façon automatique pour éviter les saletés. Par ailleurs, la pression de l’eau est répartie de façon identique afin de permettre à la pelouse d’être irriguée uniformément.

L’arrosage goutte à goutte de surface

Ce système d’irrigation est utilisé pour les surfaces réduites comme les pots à fleurs et les potagers. Cependant, les arbustes et les grands plants peuvent également nécessiter l’utilisation de ce type d’arrosage. Un goutteur peut fournir entre 1 et 20 litres d’eau par jour. Vous avez la possibilité d’y ajouter des accessoires tels que les micros asperseurs, les connecteurs, les conduites de raccord et d’alimentation, les goutteurs de fine ligne réglables, etc. Le réseau d’irrigation sera transformé en fonction des projets.

Le système de pompes d’arrosage (et pompe de surface) : pour exploiter une grande source d’eau

Plus connue sous le nom de pompe de jardin, la pompe de surface est un accessoire nécessaire si vous désirez exploiter une rivière, un puits, un bassin ou une citerne pour l’arrosage de votre jardin. Elle est parfaite pour les travaux d’irrigation prévus par des particuliers et est particulièrement utilisée dans l’aspiration des eaux présentant un dénivelé de 8 mètres maximum. Pour excéder cette hauteur, un autre matériel devra être utilisé ; vous pourrez utiliser une pompe immergée adaptée aux puits et aux forages. Par ailleurs, elle peut être utilisée pour d’autres tâches comme l’alimentation en eau pour les besoins domestiques.

Selon vos besoins, vous pourrez choisir le type de pompes de surface qui vous convient.

En effet, il y en a de plusieurs sortes :

  • La pompe à jet ;
  • La pompe multicellulaire ;
  • Les pompes périphériques ;
  • La pompe grand débit
  • La centrifuge ;
  • La pompe industrielle.

Le mécanisme de fonctionnement d’une pompe de surface est loin d’être compliqué. Le début de son fonctionnement se fait par remplissage d’eau. L’air présent dans le tuyau de la pompe est aspiré, ce qui conduit à l’arrivée d’eau dans l’installation d’arrosage.

Grâce au clapet antiretour, l’eau ne peut s’échapper de l’installation. Les pompes de surface ont une certaine particularité, elle concerne le système de refroidissement de la pompe. En effet, on a le refroidissement de la pompe grâce à l’air pulsé dans l’appareil et le moteur est entouré d’un certain espace vide pour une ventilation parfaite.

Le système d’arrosage intégré : l’idéal pour les gazons

Pour assurer l’arrosage automatique d’une pelouse, il faut obligatoirement mettre en place un réseau intégré.

Prendre soin des surfaces de gazon de quelques centaines de mètres carrés pose divers problèmes. Au nombre de ceux-ci, on peut citer : les problèmes liés à la pression, au débit, et même les problèmes de compatibilité entre les profils d’asperseurs. Il est, donc, essentiel de scinder en plusieurs parties la pelouse pour mettre en place un arrosage à la fois homogène et qui ne présente aucune baisse d’intensité.

D’une manière globale, l’arrosage sera effectué dans chaque partie au moyen d’un électrovanne contrôlé par un programmateur au travers d’un réseau électrique.

La pression dans l’arrosage automatique intégré

Il faut savoir que les tuyères et les turbines d’aspersion ne doivent pas être mises sur la même ligne que l’arrosoir. Par ailleurs, selon la portée qu’ils atteignent, ils auront besoin d’un débit et d’une pression minimale. L’intervalle de pression idéale est de 2 à 3,5 bars.

Pour toute pression inférieure à 2 bars, il sera assez difficile de faire fonctionner les tuyères et les turbines. Et pour toute pression supérieure à 3,5 bars, un réducteur de pression sera nécessaire.

Le débit dans l’arrosage automatique intégré

Un autre point important à prendre en compte concerne le débit d’eau. Il est, en effet, primordial de le connaître afin de déterminer le nombre d’asperseurs nécessaire à disposer sur le réseau.

Le système d’arrosage brumisateur : pour plus de précision dans la quantité d’eau

L’arrosage à brumisateur est un style d’arrosage utilisant des brumisateurs. Ce dernier est pratique pour avoir une bonne croissance des cultures et une production homogène. Aussi, l’arrosage au brumisateur permet de fournir des quantités très précises d’eau aux cultures. Grâce à ce style d’arrosage, la cultures sous serre est bien hydratée et rafraîchie.

En outre, grâce au brumisateur, on économise une bonne quantité d’eau avec la répartition précise des quantités d’eau nécessaires pour les cultures. C’est un point particulier que ne possèdent pas les autres types d’arrosage.

Avec ce système, l’arrosage se déroule par projection de fines gouttelettes d’eau, créant ainsi un brouillard de fines particules humides. Le dispositif utilisé dans ce style d’arrosage n’est pas un système d’irrigation, il nécessite un matériel adapté. Par ailleurs, les cultures ne sont pas censées être mouillées. Aussi, il permet de diminuer la température de 5 °C en augmentant l’humidité de 30 %.

Un autre avantage de ce type d’arrosage est la réduction significative des défauts provoqués par les températures élevées. Il permet, aussi, un renforcement de la protection intégrée, diminuant ainsi le risque d’apparition d’acariens.

Voici le matériel utilisé pour mettre en place ce système d’arrosage.

  • 1 pompe pour la cuve.
  • 1 vanne pour régler la pression de la pompe.
  • 1 cuve d’eau de 1000 litres.
  • 1 filtre à impureté de type domestique.
  • 1 tuyau permettant de raccorder les brumisateurs.
  • 1 tuyau de type arrosage de jardin.
  • 1 programmateur journalier.
  • 1 temporisation de 1 s à 3 minutes.
  • 3 brumisateurs.

Le système d’arrosage gravitaire : pour une distribution équitable de l’eau sur toute la surface

L’expression « irrigation gravitaire » désigne les différentes techniques d’arrosage du jardin consistant à assurer la distribution de l’eau à l’air libre et par simple écoulement à la surface du sol. L’irrigation est réalisée en se servant de la topographie de la zone et en prenant en compte les propriétés hydriques du sol que sont le ruissellement, l’infiltration et la capillarité.

Les différentes techniques d’irrigation gravitaire se différencient principalement par la méthode d’application de l’eau. On distingue ainsi quatre principaux modes d’arrosage gravitaires.

L’arrosage par ruissellement

Cette technique d’irrigation gravitaire se déroule de la façon suivante. On fait couler sur un sol incliné de 0,2 à 3 % une mince couche d’eau. Cette dernière s’infiltre de façon verticale afin d’humidifier la tranche de sol choisie.

Notons que le débit de l’eau à déverser dépend de trois éléments que sont : la pente, la largeur et la longueur de la planche.

L’arrosage par submersion

Cette technique d’irrigation gravitaire consiste à déverser sur le sol une couche d’eau épaisse. Un temps sera accordé afin que l’eau s’infiltre à la profondeur nécessaire. Ainsi, le sol aura une réserve d’eau considérable, permettant ainsi un bon développement des cultures.

L’arrosage par infiltration

Le but de cette technique est de répartir l’eau au moyen de rigoles ou de raies. Avec cette technique d’irrigation gravitaire, le débit de l’eau est relativement grand de 5 à 10 l/s.

En outre, contrairement aux autres procédés d’irrigations gravitaires, seule une partie du sol reçoit de façon directe l’eau. Quant à l’autre partie, elle est humectée par infiltration latérale.

L’arrosage par cuvette

Au Maroc, cette technique d’irrigation gravitaire est connue sous le nom « Robta ». Elle est une technique traditionnelle utilisée en montagne. Ici, l’eau est déplacée sous la forme d’une nappe dans un bassin préparé sur un sol nivelé avec une pente de 0,1 à 1 %. Pour l’arrosage, le sol est découpé en plusieurs bassins élémentaires avec des dimensions moyennes de 40 min 2 s.

Le système d’arrosage connecté : pour faciliter l’arrosage selon les besoins des plantes

Afin d’avoir un jardin en bon état, de nombreuses solutions d’arrosage connecté peuvent également être appliquées. Réputés pour faciliter l’automatisation de l’arrosage, ces systèmes détectent les besoins en eau des plantes et fournissent la quantité nécessaire aux endroits adéquats. Un kit d’arrosage connecté doit comprendre un capteur pour plante, un contrôleur d’eau, un boîtier qui sera connecté à un box internet, un bridge et un tuyau d’arrosage.

Les éléments sont gérés par une application précise qui permet aux modules de communiquer avec les éléments du système (capteurs et valves). Dans ce type de système, l’apport est totalement régulé et effectué en fonction de la plante et des conditions météo. Le type de sol est également pris en compte par les capteurs.

L’arrosage connecté est fixé à un tuyau d’arrosage et au robinet. Ils permettent aux propriétaires de gérer leur jardin à distance à partir d’un ordinateur ou d’une tablette.

La durée de l’arrosage et les zones à irriguer sont toutes choisies à distance. La domotique peut intervenir dans ce processus. Le compteur intégré permet la régulation de la consommation d’eau, ce qui en fait un système très économique. Le prix d’un arrosage connecté varie en fonction de la couleur, des performances et de la taille du kit.

Il varie surtout entre 8 et 32 euros en fonction de la qualité. On peut en commander en ligne, dans les magasins spécialistes de l’arrosage comme iriso. La livraison est plutôt rapide et le produit est fiable.

Il existe plusieurs marques sur le marché. Il est donc recommandé d’effectuer un test.

Le système d’arrosage enterré : pour un arrosage adapté au sol

Le système d’arrosage enterré est le meilleur système pour les jardins de grande surface. Il est conseillé de réaliser une étude du terrain avant de procéder à l’installation du système. N’hésitez donc pas à faire appel à un professionnel.

C’est surtout un système discret puisqu’il est caché dans le sol. Des programmateurs sont également sollicités pour la planification de plages horaires. Le système est composé d’une cuve et d’un réseau de canalisation qui permet la circulation de l’eau pour les asperseurs.

Trouver la cuve adéquate pour votre système est important. Il faut souligner que son installation est assez complexe et peut coûter un peu cher. Les paysagistes professionnels sont ceux qui s’en occupent.

Vous avez également la possibilité d’y ajouter une sonde d’humidité. Celle-ci se chargera de déclencher l’arrosage dès que le sol deviendra sec.

Contrairement à ce que l’on croit, le prix de l’arrosage enterré n’est pas fixé en fonction de la surface, mais plutôt de la forme et de la disposition des parcelles. Par exemple, sur une pelouse de 2000 m², l’installation peut être plus simple et moins coûteuse que sur une pelouse de 1000 m² ayant plusieurs bandes de formes complexes. En prenant en compte la pose, le prix d’un arrosage enterré oscille, donc, entre 10 et 15 euros le mètre carré. Soit de 1000 à 4000 euros pour un jardin d’une surface allant de 100 à 300 m².

L’arrosage de la tomate avec une bouteille plastique : un système adapté et économique

Cette technique est l’une des astuces les plus utilisées pour la culture des tomates. Elles sont, en effet, des plantes très avides d’eau. Pour cela, ces légumes nécessitent un arrosage régulier sans que les feuilles ne se mouillent. Cela peut, parfois, générer du gaspillage d’eau. C’est là qu’intervient le système d’arrosage avec bouteille de plastique.

Il s’agit de mettre en terre une vieille bouteille percée et remplie d’eau. Il faut l’enterrer assez profondément dans le potager en laissant toutefois le goulot hors de la terre. Vu que les tomates sont friandes de la goutte à goutte, à la racine, c’est une technique d’arrosage très économique. Ainsi, les tomates sont préservées de la sécheresse puisqu’elles ont régulièrement de l’eau.

C’est aussi une très bonne solution d’arrosage si vous comptez partir en vacances loin de chez vous et que votre jardin doit être arrosé. Un conseil : Il faudra juste penser à faire l’installation plusieurs jours avant le départ. Un test est, en effet, nécessaire pour savoir si le système fonctionne. On pourrait, de la sorte, percer d’une autre façon le bouchon ou repercer la bouteille afin de mieux l’installer.

Vous savez désormais tout pour arroser convenablement votre jardin. Si vous n’êtes pas bon en bricolage, il est recommandé de solliciter les services d’un professionnel. Il vous aidera, alors, à choisir chaque élément dont vous avez besoin et à réaliser l’installation.

Astuces-Jardin.fr, 2021